mardi 8 mars 2016

la mouvance anthroposophique, questionnements, pistes de réflexion

Le CLPS a dû produire l’étude suivante suite à un constat. 
Fréquemment, trop fréquemment, des hommes politiques, des associations de défense des droits de l’Homme voire des organisations complémentaires de l’École publique ou militant en faveur de la laïcité font une promotion, volontaire ou involontaire, des instances issues de l’anthroposophie. 
Il en est de même de journaux et de mouvements chrétiens progressistes que leur attachement aux droits de l’Homme et souvent même à l’idéal laïque aurait dû rendre circonspects.
Alors que nous aurions pu en attendre au minimum la réserve et la neutralité et, dans la plupart des cas, un appui à notre action, c’est exactement l’inverse qui en ressort : une coopération parfois approfondie avec des institutions steineriennes et par là-même un désaveu implicite de ce que nous faisons. 
Infiltrations au plus haut niveau ? Méconnaissance de la réalité de la mouvance anthroposophique ? Nous ne pouvons le savoir dans la majorité des cas. Nous connaissons des anciennes victimes de la “galaxie anthroposophique”. Mais le CLPS n’en compte aucune parmi ses membres. La présente étude ne se veut doncpas un témoignage. Ces lignes ne sont pas le reflet d’un vécu. Mais si nous pouvons nous servir de témoignages édités, nous cherchons à faire un travail de recherche dont l’objectif est de tenter de mettre au jour les objectifs profonds qui se cachent souvent derrière des déclarations d’intention généreuses et attirantes.




LIRE LA SUITE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire