vendredi 11 mai 2018

le CENTRE ETHIQUE INTERNATIONAL, questionnements, pistes de réflexion

Notre association a été saisie par un particulier qui avait assisté à une réunion publique du centre éthique international. : Nous citons dans le texte la missive qu’il nous a adressée : "A une soirée récente du Cercle d'éthique international, j'ai ressenti comme hermétique le discours de la présidente, amour, douceur, générosité etc.. mots jamais étayés par quoique ce soit.  Je n'ai d'ailleurs pas été la seule personne de l'auditoire à ressentir "comme un malaise".
Il se fait que nous avons pu retrouver des articles sur cette association créée par Fanny Abadi.
Nous proposons donc à nos lecteurs ce dossier de presse, en partageant des articles que nous avons trouvés. Conformément à notre manière de faire, nous ne voulons pas être taxés de partialité, et nous vous soumettons également la réponse de la présidente de ce centre suite à un article de presse la mettant en cause et donnons le lien vers son propre site. Ceci pour éviter toute information unilatérale.
Mme Abadi a créé une structure dans la région de Montpellier et visiblement tente de réimplanter des activités en Bourgogne. Elle a été controversée et il nous est difficile de porter une appréciation sur la tournure que ce centre éthique va prendre en Bourgogne ; toutefois, il faut toujours interroger le passé pour comprendre l’avenir.
Pour donner une opinion plus précise, il nous faudrait savoir si la méthode de micro myo-énergétique a donné lieu à une évaluation scientifique, si la psychanalyse énergétique pratiquée par la dirigeante de ce centre est reconnue par les instances universitaires, et également de savoir quel est le cursus universitaire dont elle-même se prévaut. Telles sont les questions que nous nous posons, et dans la réponse serait utile à nos recherches.
En attendant, voici les partages des opinions « pour » et « contre ».


puis la presse :











CITATION DU JOURNAL l’EQUIPE 5 septembre 2004





Arron et Didiot-Abadi se sont rencontrées en Guadeloupe par l’intermédiaire de l’association Sport’a vie, à laquelle la psy collabore, et dont la championne est marraine. Faisant allusion aux critiques émises par Robert Poirier qu’il tient à condamner dans un communiqué en tant qu’athlète de haut niveau et président du Groupement des athlètes français (GAF), Bangué ajoute : « On a tous des choses qui nous pèsent sur le plan personnel. Ce travail nous permet d’y voir plus clair dans notre vie et donc dans notre activité sportive. Si on ne comprend pas cette démarche, on va en discuter avec l’athlète. » Il faut également se souvenir des propos de la championne du monde du 4 × 100 m, agacée par les questions sur sa psy, juste avant ses débuts aux Jeux :« Si je ne faisais pas du sport de haut niveau, elle serait quand même à mes côtés. Ma démarche dépasse le cadre du sport. » Certes, mais c’est aussi Christine Arron qui a rendu cette démarche publique et « sportive » en invitant Fanny Didiot-Abadi jusqu’au stade d’échauffement de toutes les compétitions qu’elle a disputées. Et les exercices de « stimulations énergétiques » qu’elle a effectués devant des athlètes interloqués contribuent un peu plus au trouble dont Stéphane Diagana, vice-président du GAF, se fait l’écho en se désolidarisant de l’initiative d’Emmanuel Bangué : « En aucune façon, le GAF n’a été consulté et je demanderai à Emmanuel de s’expliquer. Il ne peut se permettre d’engager une parole collective sur des terrains aussi particuliers. Je ne partage pas du tout son avis et je désapprouve fermement sa démarche. » 

COMMUNIQUE DE MADAME ABADI SUITE A L’ARTICLE PRECEDENT (TEXTE INTEGRAL)







Affaire à suivre… Pour le moment voici des éléments de réflexion ! Nous recueillerons avec intérêt tout témoignage quelle que soit sa teneur.

1 commentaire:

  1. la psychanalyse "énergétique" n'existe pas.Cette personne semble plus être une coach. Il faudra étudier son parcours de formation et la validation de celui-ci au regard de la règlementation et de la loi.

    RépondreSupprimer