lundi 25 décembre 2017

bienvenue sur le blog du CLPS!




Nous sommes une organisation laïque, donc ouverte à la confrontation des idées et nous ne prétendons pas, entre nous, défendre toujours les mêmes thèses. Ce qui nous réunit, c’est précisément le souci de ne pas masquer nos divergences.
Le mot " secte " est une commodité de langage qui ne correspond à aucune catégorie juridique. il n’existe en effet pas de définition de la secte en droit français. Nous ne prétendons pas, dans l’intitulé de notre association, combattre les sectes, mais prévenir le sectarisme.
En fait, peu nous importe que tel ou tel groupe étudié dans ce site soit ou non qualifié de secte. Pour nous, il représente, si nous en parlons, une atteinte a la laïcité. Le droit français leur permet d’exister. Il nous permet, à nous, de discuter leurs pratiques sans les enfermer dans une catégorie juridique et ce au seul nom du respect des droits de l’homme et de l’enfant et de la laïcité



mentions légales


NOTE SUR LES COMMENTAIRES

Le présent blog est le canal d'expression du CLPS. Nous veillons scrupuleusement à la qualité de l'information et des opinions exprimées. Nous avons maintes fois accepté d'accueillir des commentaires qui se trouvaient aux antipodes de nos convictions dès lors qu'ils étaient rédigés dans une langue correcte, qu'ils restaient courtois, et qu'ils apportaient de la matière au débat. 
Toutefois, suite à des propositions de commentaires qui ne respectaient pas ces conditions, nous nous devons de rappeler que ce blog n'est pas un forum. Nous nous refuserons en conséquence à publier les textes sarcastiques et a fortiori injurieux à l'égard de qui que ce soit, d'une longueur excessive par rapport au texte initial et les billets "en rafale" qui restent d'une lecture difficile et nuisent à la lisibilité de l'ensemble. Merci à  nos contributeurs, qu'il soutiennent ou contredisent nos thèses, de respecter ces quelques règles de savoir-vivre.

VISITEURS DU PRESENT BLOG, SYMPATHISANTS DU CLPS,

N'hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour nous signaler toute activité qui vous interpellerait, nous vous répondrons rapidement, sereinement! 

Posted by Picasa

mardi 7 novembre 2017

NOUS RELAYONS SOLIDARITE LAÏQUE

lien vers un rapport de chercheurs sur la radicalisation djihadiste et nationaliste, et vers une courte synthèse

Le Conseil d'administration du CLPS n'a pas mandaté le bureau pour réfléchir sur le phénomène djihadiste, la problématique sectaire étant déjà assez complexe!
Cela n'interdit pas à l'association de rendre des services concrets ou de mettre à disposition de ses lecteurs des documents sérieux. Celui qui est proposé par le lien ci-dessous a été rédigé par des chercheurs dont l'un est issu de la MIVILUDES, aussi facilitons-nous sa lecture.


Ce rapport porte sur les phénomènes de radicalisation cognitive et comportementale qui touchent des acteurs islamistes partisans du djihadisme armé. Afin de mieux saisir la singularité de ce phénomène, on s’intéressera également – à la marge – à d’autres types de violences politiques pratiquées par des acteurs non islamistes, ici les groupes nationalistes corse et basque. Ce rapport repose principalement sur un travail d’entretiens approfondis avec des militants islamistes (13) et nationalistes (7) condamnés ou ayant été condamnés pour participation à une entreprise terroriste. Ces longs entretiens (d’une moyenne de 2 heures) reposant sur une grille commune cherchent principalement à mesurer les variables de la radicalisation autour de quatre groupes dominants de variables : les variables socio-biographiques ; les variables processuelles ; les variables cognitives et les variables psychologiques. Près d’une trentaine de variables ont été retenues par les auteurs du rapport

LIRE LA SUITE
 ET OUVRIR LES LIENS VERS LES DOCUMENTS

vendredi 27 octobre 2017

Conférence de la société anthroposophique: la Gymnastique Bothmer

La société anthroposophique organise de nombreuses conférences en son siège près du jardin du Luxembourg à Paris. Afin de parfaire notre connaissance de ce milieu, nous avons assisté à l’une d’elles. L’objectif était de mieux connaître le comte Fritz von Bothmer, l’inventeur de la gymnastique qui porte son nom.

Le siège de la Société reproduit en maints endroits, l’architecture chère à Rudolf Steiner. Dès l'entrée, des lignes asymétriques; de même dans la salle de conférence, jusqu’au pupitre du conférencier, on observe les mêmes formes. L’accueil est cordial, et il faut bien le reconnaître, nulle insistance. Une responsable de la société présente la conférencière, et annonce une réunion pour les défunts.

La conférencière présente en introduisant son propos la différence entre deux disciplines, l'eurythmie, qui repose sur l’influence des sons sur le mouvement, et cette gymnastique qui s’efforce de voir comment l'esprit se lie au corps. Une gymnastique qui aurait eu un rôle déterminant dans la création de la première école Waldorf

Fritz von Bothmer a compté dans la saga de cette mouvance, il est issu d’un milieu militaire, et lui-même fut pensionnaire dans une pagerie royale, en gros une école militaire. Puis il a incorporé l’armée de Bavière. Au début du XXe siècle, il a compté des amis dans le courant artistique du Blaue Reiter, il a découvert le philosophe Nietzsche, et s’est rendu compte en le lisant qu’il pouvait penser par lui-même.

Sa propre mère avait rencontré les cercles de la théosophie. Il a participé aux combats de la première guerre mondiale, où il a été gravement blessé. Après la guerre, dans une période de révoltes ouvrières il senti qu’il ne pouvait pas faire tirer sur ses concitoyens, et a commencé à chercher un travail ailleurs que dans l’armée. C’était la période où Steiner militait pour la tripartition sociale. C’est la période où la doctrine anthroposophique devient centrale dans la vie de Bothmer. En 1922, il démissionne de l’armée, assiste à une conférence de Steiner qu’il rencontre le soir dans un entretien. Steiner lui conseille d’ aller visiter écoles et orphelinats.

Il aurait été frappé lors d’un stage dans une école Waldorf : « ici l’esprit vit, on écoute les enfants, les enfants sont au centre ». Et Steiner lui demande de développer physiquement les enfants à côté de l’eurythmie.

D’après la conférencière, Fritz von Bothmer se détache à ce moment-là de son « karma passé », celui de la génération de militaires dont il est issu. Il se laisse travailler par le ressenti, et tente de faire partir le mouvement de la dynamique de l’enfant, de sa joie de bouger. Il se dit animé de l’amour de l’enfant, et ressent les « forces subtiles » qui viennent de ces derniers vers soi.

C’est la conscience qui pour Bothmer permet de tenir debout. Il distingue trois plans dans l’équilibre de la personne, le plan horizontal, qui permet de percevoir la beauté du monde, le plan sagittal, et le plan frontal. La position debout est pour lui la position morale de l’être humain, ne parle-t-on pas de maison de redressement ou d’un caractère un peu tordu. La gymnastique Bothmer présente ainsi une succession de redressements et de chutes, à chaque chute correspond un redressement. Elle comprend 35 exercices qui font corpus. Vers la fin de la vie les exercices se portent vers le haut comme s'ils préparaient le passage de la personne vieillissante au monde spirituel.

La situation politique se dégradant, des enfants et enseignants des écoles Steiner sont déportés. La conférencière lie antisémitisme et antianthroposophie. La fédération qui unit les écoles Waldorf essaye de poursuivre leurs activités dans le cadre des écoles pilotes tolérées par le régime nazi ; ses dirigeants vont voir Rudolf Hess pour avoir une dérogation en ce sens, mais se rendent vite compte que ce ne sera pas possible.

Bothmer répand ses techniques en Angleterre, aux Pays-Bas, au moment de la déclaration de guerre, il demande sa réintégration dans l’armée, sa requête est acceptée mais il décline car il ne veut pas être versé dans les réserves comme l'armée le lui propose en réponse à sa requête. Il décède en novembre 1941 d’une tumeur pulmonaire, soignée dans une clinique anthroposophique.

Comme d’habitude, nous avons tenté de refléter la tonalité de cette conférence tout en évitant soigneusement le parti pris. Avouons que le dernier quart d’heure fut plus difficile, car lorsqu’on est pas disciple de cette doctrine, certaines notions ne sont pas toujours claires au premier abord. Nous espérons avoir avec le maximum d’honnêteté rendu compte de cette rencontre publique et payante mais destinée bien entendu avant tout aux disciples.


L'intervenante donne sur un site dédié à cettegymnastique (http://www.c-possible.org/cp.cp?CPDoc=1800527) un détail sur son parcours, sur sa rencontre avec l'anthroposophe qui l'a formée : « Ma rencontre avec elle a déterminé ma démission de l’Education Nationale et mon engagement sans faille dans un domaine où presque tout était à faire en France ».

mercredi 18 octobre 2017

Merci à notre nouveau partenaire, SOLIDARITE LAÏQUE!

SOLIDARITE LAÏQUE regroupe l'ensemble des organisations syndicales, des mouvements d'éducation populaire et des associations complémentaires de l'enseignement public qui agissent en référence à l'idéal laïque, le nôtre.
Grâce à S.L., le CLPS recevra une contribution qui nous permettra d'aider des victimes d'embrigadement particulièrement graves. Nous vous proposons le partage d'une thématique récente, la contribution à l'éducation en Tunisie, dans l'esprit de laïcité qui anime ses responsables. Nous espérons que c'est ici le point de départ d'un partenariat qui nous permettrait de partager notre expérience avec les mouvements qui assurent la promotion de la liberté de conscience, des droits de l'Homme et de l'éducation pour tous.

solidarite-laique.org


dimanche 1 octobre 2017

21 avril, à vos agendas!

Chers amis, merci de noter dès à présent la date de notre rendez-vous annuel. À la fois rencontre pour mieux appréhender l'objet de nos recherches et de notre action, et moment de nous mettre en règle  avec les prescriptions légales en tenant notre assemblée générale, ce rendez-vous annuel est un moment clé de notre association. 
Nous avons pour le moment en conseil d'administration décidé d'une part d'approfondir notre connaissance de l'enseignement hors contrat, et d'autre part de nous demander, comment mieux accroître notre présence et approfondir notre travail de prévention. 

Donc notez bien le 21 avril toujours à Arches dans la banlieue sud d'Épinal dans la même atmosphère conviviale !

lundi 18 septembre 2017

Merci à l'Est républicain! soirée de prières en Haute-Saône

le responsable de l'Eglise organisatrice était dans les années quatre-vingt-dix actif au sein de l'"Eglise évangélique de pentecôte de Besançon".
Des réunions semblables devraient se tenir dans les mois qui viennent à :
22 septembre 2017, Saint-Etienne
le 29, Avignon
le 30, Agen et Genève
le 6 octobre, Bastogne en Belgique
le 12, Lyon
le 20, Annecy



jeudi 14 septembre 2017

La majorité précédente n’a pu instaurer un régime de déclaration préalable, la FONDATION POUR L’ECOLE, la Fédération des écoles Steiner et le PRINTEMPS DE L’EDUCATION ont requis en vain l’annulation de dispositions réglementaires relatives à l’enseignement hors contrat




L’exécutif, en 2016-2017, a souhaité accroître le contrôle de l’enseignement hors contrat. Il a d’abord voulu obtenir que l’ouverture d’un établissement soit subordonnée à une autorisation. Le Conseil constitutionnel a été saisi par des parlementaires de l’opposition. La décision complète du Conseil est disponible ICI sur son site, mais nous croyons préférable pour des raisons de lisibilité de reprendre son communiqué de presse.


Le Conseil constitutionnel s'est prononcé sur l'article 39, figurant au sein du titre Ier de la loi, qui habilitait le Gouvernement à prendre par ordonnance les mesures nécessaires pour remplacer, dans le code de l'éducation, les régimes de déclaration d'ouverture préalable des établissements privés d'enseignement scolaire par un régime d'autorisation.

Le Conseil constitutionnel a jugé que, eu égard à l'atteinte susceptible d'être portée à la liberté de l'enseignement par la mise en place d'un régime d'autorisation administrative, le législateur, en confiant au Gouvernement sans autre indication le soin de préciser « les motifs pour lesquels les autorités compétentes peuvent refuser d'autoriser l'ouverture » de tels établissements, a insuffisamment précisé les finalités des mesures susceptibles d'être prises par voie d'ordonnance.

Le Conseil a ainsi censuré l'insuffisante précision de l'habilitation donnée au Gouvernement. Il n'a pas pris position sur le principe de la substitution d'un régime d'autorisation à un régime de déclaration préalable.

Pour la complète information de nos lecteurs, nous donnons ici des extraits des débats parlementaires au Sénat, pour refléter les thèses tant de la majorité d’alors que de l’opposition.

Pour cette dernière, Dans le même esprit, nous refusons de soumettre l’ouverture des établissements scolaires privés hors contrat à un régime d’autorisation qui serait contraire au principe constitutionnel de liberté de l’enseignement – nous attendrons de voir ce qu’en dira le Conseil constitutionnel. Nous avons préféré renforcer l’encadrement du dispositif déclaratif.
ou encore:
S’agissant de l’instruction en famille, tout d’abord, les députés n’ont pas voulu du contrôle à domicile sur le lieu où l’instruction est dispensée, qui permettrait pourtant de détecter les dérives que nous souhaitons prévenir plus facilement. Concernant l’ouverture des établissements privés hors contrat, ensuite, l’Assemblée nationale a rétabli, dans un esprit dogmatique, un régime d’autorisation que nous jugeons contraire à la liberté d’enseigner.

Pour la majorité de l’époque (qui était l’opposition au Sénat!),
Toutefois, nous considérons que l’article 14 bis portant sur l’instruction à domicile ne va pas assez loin pour garantir le droit de l’enfant à l’éducation et un respect véritable des valeurs de la République. Dans tous les cas, il demeure urgent de renforcer les moyens de l’inspection de l’éducation nationale, sans quoi le contrôle de ces modalités d’enseignement restera lettre morte. Il s’agit d’un impératif d’intérêt général, qui doit permettre des entorses raisonnables et contrôlées à la liberté d’enseignement.

Un second texte, d’ordre réglementaire a fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’Etat. Nous laissons l’un des requérants, devant la Juridiction, la Fondation pour l’Ecole, s’exprimer en citant un communiqué de presse reproduit sur son blog:
En faisant des objectif de connaissances et de compétences attendues à la fin de chaque cycle d’enseignement de la scolarité « obligatoire » un référentiel pour le contrôle des établissements privés hors contrat, cet article pourrait contraindre les écoles de manière détournée à appliquer les programmes de l’Education nationale. En d’autres termes, le contrôle de l’acquisition des connaissances par les élèves des écoles indépendantes sera désormais réalisé par référence aux cycles et programmes de l’Education nationale, auxquels, pourtant, ces établissements d’enseignement privé qui ne reçoivent aucun financement public ne sont précisément pas soumis. On voit mal le sens d’une telle réforme.La liberté des programmes étant avec la liberté de recrutement du corps professoral la raison d’être même des écoles indépendantes, la mise en œuvre de cette réforme serait une autre atteinte grave portée à la liberté de l’enseignement.

Le Conseil d’Etat n’a pas estimé que les textes réglementaires étaient entachés d’excès de pouvoir: VOIR L’ARRET ICI

Les dispositions litigieuses des articles D 131-12 et R. 131-13 du code de l’éducation, en ce qu’elles exigent “ la maîtrise progressive de chacun des domaines du socle commun [...] au regard des objectifs de connaissances et de compétences attendues à chaque fin de cycle d’enseignement de la scolarité obligatoire “ se bornent à fixer une grille d’analyse et de références pédagogiques pour les inspecteurs d’académie chargés de procéder au contrôle annuel des connaissances des enfants instruits dans leur famille ou dans des établissements privés qui n’ont pas conclu de contrat avec l’Etat. Elles ont pour seul objet de permettre de vérifier que, au cours de la période d’instruction obligatoire, l’enfant a acquis des compétences et des connaissances en se référant à celles qui sont attendues des enfants scolarisés dans les établissements publics ou dans les établissements d’enseignement privés qui ont conclu un contrat avec l’Etat, tout “ en tenant compte des choix éducatifs effectués et de l’organisation pédagogique propre à chaque établissement “. Dès lors, elles ne peuvent être regardées, contrairement à ce que soutiennent les requérants, comme portant une atteinte disproportionnée à la liberté de l’enseignement. Elles ne portent par ailleurs pas atteinte au droit à mener une vie familiale normale, au sens de l’article 8 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales, et ne sauraient être regardées comme prises en méconnaissance de l’article 2 du premier protocole additionnel à cette convention.

Il convient de noter la diversité des requérants, les syndicats CGT, CFTC, FO et CGC de l’enseignement privé, l’association CREER SON ECOLE et la FONDATION POUR L’ECOLE, la Fédération des écoles Steiner et le PRINTEMPS DE L’EDUCATION, proche des colibris.

lundi 11 septembre 2017

Référé de la Cour des Comptes à propos de la MIVILUDES




Un référé est une communication adressée par le Président de la Cour à un ministre pour lui faire part de ses observations à l'issue d'un contrôle.


Créée en2002, la MIVILUDES a connu une évolution importante du contexte de ses missions: auxquestions d’emprise sur les personnes et aux drames sectaires des années soixante-dix et quatre-vingt ont succédé les interrogations nées de mouvements plus dispersés et de doctrines plus diffuses.
Son intervention plus récente, aux côtés d’autres acteurs, dans la lutte contre les processus de radicalisation violente a considérablement modifié son rôle et ses responsabilités dans un domaine désormais fortement coordonné par le ministère de l’Intérieur.
Ses ressources budgétaires au demeurant très modestes (moins de 0,5 M€ en tenant compte des coûts indirects supportés par les services du Premier ministre)ont été sensiblement réduites au cours des dix dernières années, signe d'un affaiblissement auprès des différents ministères


LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE LA COUR
.

REPONSE DU PREMIER MINISTRE


Comme le souligne le référé, les dérives sectaires sont en pleine évolution, caractérisées par l’atomisation et la dispersion en petits groupes, ce qui conduit la MIVILUDES à prendre en compte cette situation et s’adapter en permanence à ce phénomène.


LIRE LA SUITE

jeudi 7 septembre 2017

MODIFICATIONS STATUTAIRES A L'ASSOCIATION GESTIONNAIRE DU FOYER KERGLAS

Rudolf Steiner avait développé parmi ses nombreuses inventions la sociothérapie curative destinée aux handicapés. Nous avons déjà présenté le Foyer Kerglas dans l'Aube. Le foyer est géré par l'association Raphaël. Les statuts initiaux précisaient ce qui suit:



Le projet d'établissement comportait les données suivantes.

En janvier -février 2014, les "nouvelles de la Société anthroposophique" confirmaient cet ancrage de l'établissement à la pensée de Rudolf Steiner:

Un peu plus d'une année après les statuts de l'association gestionnaire ont été modifiés.