mardi 12 mars 2019

bienvenue sur le blog du CLPS!




Nous sommes une organisation laïque, donc ouverte à la confrontation des idées et nous ne prétendons pas, entre nous, défendre toujours les mêmes thèses. Ce qui nous réunit, c’est précisément le souci de ne pas masquer nos divergences.
Le mot " secte " est une commodité de langage qui ne correspond à aucune catégorie juridique. il n’existe en effet pas de définition de la secte en droit français. Nous ne prétendons pas, dans l’intitulé de notre association, combattre les sectes, mais prévenir le sectarisme.
En fait, peu nous importe que tel ou tel groupe étudié dans ce site soit ou non qualifié de secte. Pour nous, il représente, si nous en parlons, une atteinte a la laïcité. Le droit français leur permet d’exister. Il nous permet, à nous, de discuter leurs pratiques sans les enfermer dans une catégorie juridique et ce au seul nom du respect des droits de l’homme et de l’enfant et de la laïcité



mentions légales


NOTE SUR LES COMMENTAIRES

Le présent blog est le canal d'expression du CLPS. Nous veillons scrupuleusement à la qualité de l'information et des opinions exprimées. Nous avons maintes fois accepté d'accueillir des commentaires qui se trouvaient aux antipodes de nos convictions dès lors qu'ils étaient rédigés dans une langue correcte, qu'ils restaient courtois, et qu'ils apportaient de la matière au débat. 
Toutefois, suite à des propositions de commentaires qui ne respectaient pas ces conditions, nous nous devons de rappeler que ce blog n'est pas un forum. Nous nous refuserons en conséquence à publier les textes sarcastiques et a fortiori injurieux à l'égard de qui que ce soit, d'une longueur excessive par rapport au texte initial et les billets "en rafale" qui restent d'une lecture difficile et nuisent à la lisibilité de l'ensemble. Merci à  nos contributeurs, qu'il soutiennent ou contredisent nos thèses, de respecter ces quelques règles de savoir-vivre.

VISITEURS DU PRESENT BLOG, SYMPATHISANTS DU CLPS,

N'hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour nous signaler toute activité qui vous interpellerait, nous vous répondrons rapidement, sereinement! 

Posted by Picasa

mardi 18 septembre 2018

in LA PROVENCE merci à Mme TANGUY,

À Arles, l'école de Françoise Nyssen dans la tourmente
Le projet pédagogique du Domaine du Possible a-t-il dérapé ? Démissions et évictions se succèdent. Enquête sur une crise
Par Delphine Tanguy


Entre canal et marais, près d’Arles, les 120 hectares du domaine de la Volpelière offrent une vision élégiaque. Ferme et école, le Domaine du Possible est l’établissement scolaire dont avaient rêvé Françoise Nyssen, désormais ministre de la Culture, et son époux, Jean-Paul Capitani, à la tête des éditions Actes Sud. Ils voulaient un lieu où chaque enfant trouverait un espace pour s’épanouir dans sa singularité. Cette même école que n’avait pas trouvée leur fils, Antoine : il s’était suicidé au terme d’un parcours scolaire douloureux…
Porté par la flatteuse réputation d’Actes Sud, le carnet d’adresses de Nyssen et Capitani, le Domaine du Possible a ouvert en 2015 avec une vingtaine d’élèves ; ils sont aujourd’hui 149, de la maternelle à la terminale, à y suivre une scolarité, moyennant 4 à 6 000€ par an. Dans ses statuts déposés au Journal officiel dès 2013, voici résumé son projet : "Ce sera une école de la bienveillance et de l’apprentissage par le projet." "Elle se laisse la liberté de puiser dans toutes les méthodes pédagogiques", décrit le site de l’établissement.
Toutes ? Pour des enseignants et des parents, il ne fait plus aucun doute que le Domaine du Possible ne s’est en réalité appuyé que sur l’une d’elle : la méthode, très controversée, développée au début du XXe siècle par l’intellectuel et occultiste autrichien Rudolf Steiner-Waldorf (1861-1925)...
Cette prise de conscience est à l'origine de la crise interne, profonde, qui secoue l'école depuis des mois : démissions et évictions se succèdent. Rembobinons.
Steiner-Waldorf est le promoteur de l'anthroposophie, un courant de pensée ésotérique dont on retrouve des applications dans l'agriculture (la biodynamie, dont s'inspire l'agriculteur Pierre Rabhi, publié... chez Actes Sud, la santé (les cosmétiques Weleda ou Dr Haushka), la banque (Triodos, GLS)... Son héritage compte aussi plus d'un millier d'écoles dans le monde. De doux rêveurs ? "L'anthroposophie est un empire" pesant des "milliards d'euros", recadre le journaliste d'investigation Jean-Baptiste Malet. En Provence, la pédagogie Steiner est portée par des établissements scolaires identifiés, à Eguilles, Eourres, Sorgues...
C'est justement dans cette dernière école, où Antoine avait fait un passage, que Françoise Nyssen et Jean-Paul Capitani ont rencontré Henri et Praxède Dahan, deux militants reconnus de l'anthroposophie. Une amitié était née, une aventure éducative, aussi : c'est à ce couple que les éditeurs s'associeront pour bâtir, à partir de 2013, le projet du Domaine du Possible. Henri Dahan en a même "coécrit" le "livret" fondateur. "Nous avons apprécié l'intelligence de leur démarche", saluait Françoise Nyssen elle-même (Le Monde du 10 octobre 2016).
Alors, comment expliquer le clash du 6 juillet dernier ? Ce jour-là, Henri Dahan, le directeur pédagogique, est mis à la porte par le conseil d'administration et Jean-Pierre Capitani ; son épouse, Praxède Dahan, ainsi que Jean-Pierre Ablard, deux autres piliers de l'équipe, lui emboîtent le pas solidairement. "C'était ce qui s'appelle se faire virer salement", rapportent nos sources. L'écrivain Jeanne Benameur assure depuis la direction.
"Des mécènes s’alarmaient. On allait tout perdre." Patrick Bouchain
Ne faut-il relier cette scène à la parution d'une enquête sur l'anthroposophie, peu avant, dans Le Monde diplomatique ? "C'est une supposition que j'ai faite, même s'ils s'en sont défendus devant moi", soupire Henri Dahan. Deux mois plus tard, c'est un homme très affecté que nous avons retrouvé. "Je tente encore de comprendre." Oui, c'est vrai, à plusieurs reprises, Jean-Paul Capitani lui avait bien demandé "des changements d'organisation" : "Je lui réclamais juste plus de temps", souffle-t-il. Ces modifications consistaient notamment à s'ouvrir à d'autres approches, comme Freinet, Montessori (1). "Mais Steiner, c'était notre ancrage pédagogique, à l'évidence, et nous l'avons écrit ! Il fallait juste en clarifier les apports vis-à-vis des familles", soutient Henri Dahan.
Le 17 octobre 2016 dans La Provence, les éditeurs le revendiquaient il est vrai encore eux-mêmes : "Nous défendons par-dessus tout l'enseignement des écoles Steiner."
Mais le 17 mai 2017, Françoise Nyssen est devenue ministre de la Culture. Et alors que la popularité d'Emmanuel Macron chute en piqué, cet été 2018, l'éditrice est épinglée pour des travaux illégaux au siège d'Actes Sud. Les bruits insistants en provenance de la Volpelière sont-ils devenus ingérables ? "Des mécènes nous disaient : ce qui se passe chez vous ne correspond pas à ce que vous nous présentez, révèle Patrick Bouchain, architecte, pionnier du Domaine et membre du CA. On allait tout perdre."
C'est que le malaise s'est enkysté. Chaque année, des profs, des intervenants qui avaient rejoint le projet, enthousiastes, le quittent, amers. Tenus à une curieuse clause de confidentialité qui les tétanise, leur interdisant de "divulguer les moyens et méthodes pédagogiques propres à l'établissement", plusieurs nous ont néanmoins rapporté leurs "doutes" devant "les graves lacunes" des élèves, que ne "pouvait compenser le petit nombre d'heures d'enseignement".
Ou l'absence de prise en charge qualifiée des enfants les plus fragiles. Mais aussi les "pressions" exercées par les anthroposophes : "On me demandait d'enseigner selon des principes anti-scientifiques !" s'offusque l'un d'eux. "Ces doléances ne nous remontaient pas, se défend Patrick Bouchain. Dahan avait gagné l'amitié de Françoise, il s'en servait..." Lui rejette ces accusations "effroyables. On m'a donné une liberté qu'on m'a petit à petit reprise."
Bien que l'anthroposophie ne soit pas considérée comme une secte, elle fait l'objet d'une surveillance particulière. "Au début des années 2000, nous avions inspecté les écoles Steiner en France, rappelle Serge Blisko, à la tête de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Le bilan était désastreux : les inspecteurs avaient constaté le très faible niveau des élèves." De fait, il le dit : "Si j'avais un enfant en difficulté, je chercherais une école Freinet, peut-être une école Montessori, mais jamais une école Steiner !" Il n'appartient pas à l'inspection académique de porter un tel jugement.
Mais comme tous les établissements hors contrat, le Domaine du Possible a fait l'objet d'un contrôle, en 2016. "Et certains points ne correspondaient pas au socle commun de compétences et connaissances attendu par l'Éducation nationale", livre Dominique Beck, directeur académique à Marseille.
L'ésotérisme des cours d'eurythmie (une sorte de danse) ou cette cérémonie où les enfants, dans une pièce noire, s'engagent au coeur de la "spirale de l'Avent", ne seraient pas davantage "tolérés par l'État", en cas de contractualisation. Or, depuis le début, c'est l'ambition de Nyssen et Capitani : elle permettrait la prise en charge des salaires des profs.
Le couple pouvait-il ignorer la réalité de l'enseignement proposé dans son école ? Alors que celle-ci traverse une "situation financière difficile", M. Capitani le soutient : "On a été confiants, on a laissé filer la ligne." Des signaux s'étaient pourtant allumés : en mai 2017, la sortie, certes approximative, de Jean-Luc Mélenchon, futur député LFI de Marseille, sur "une ministre de la Culture qui est plus ou moins liée aux sectes" avait fait pschitt.
Mais au Domaine, de manière "concomitante", on fermait en urgence la formation européenne d'eurythmie de Praxède Dahan. Trop ouvertement Steiner, sans doute.

(1) Les écoles hors contrat, dont le nombre a été multiplié par 4 en sept ans (religieuses ou alternatives) sont libres de leur enseignement mais doivent diffuser un "socle commun de connaissances, de compétences et de culture". En 2016, un contrôle dans l'académie de Versailles avait révélé qu'aucune des 30 écoles alors visitées ne l'avait respecté. Dans certaines, des "rituels", du "conditionnement" et "l'évitement de pans entiers du savoir" avaient aussi été pointés.

Françoise Nyssen se défend
Alors qu’elle ouvrait les Journées du patrimoine aux côtés d’Emmanuel Macron, la ministre nous a brièvement répondu.
Le Domaine du Possible est une école Steiner ? Françoise Nyssen : "Une étiquette, ce n’est jamais intéressant. Mais s’enrichir de toutes les réflexions, oui : Steiner, mais aussi Montessori, Freinet... Les querelles de pédagogie n’ont aucun intérêt. Mais le Domaine n’est pas une école Steiner."
Elle semblait le devenir... Françoise Nyssen : "Il y a eu divergences de vues. Moi, j’ai choisi de faire une coupure claire avec cette école, à laquelle je reste fière d’avoir participé. Forte de cette expérience, je travaille en proximité avec le ministre de l’Éducation nationale, sur l’importance des arts et de la culture à l’école."

L’interview de Jean-Paul Capitani (éditeur), Et Patrick Bouchain (architecte) fondateurs de l’école
Que se passe-t-il au Domaine du Possible ? Jean-Paul Capitani : "Chaque année, je devais faire face à mon lot de profs démissionnaires. J’ai parlé avec eux, et je me suis rendu compte que ces gens ne voulaient pas appliquer la méthode Steiner. Or nous n’avons jamais voulu faire une école dédiée à cette méthode ! Attention, Rudolf Steiner a développé beaucoup de pratiques intéressantes : la biodynamie, l’homéopathie… Mais l’anthroposophie, ce n’est pas mon truc. Il y a quelques années, je suis allé aux rencontres des écoles Steiner à Strasbourg : je voulais comprendre leur pédagogie. Je leur ai demandé de clarifier ce lien avec l’anthroposophie, d’en faire un livre. Il n’est jamais venu ! Ce sont des dogmatiques."
Vous ne pouviez ignorer cependant que Praxède et Henri Dahan, figures de l’anthroposophie en France, relevaient de cette idéologie… Jean-Paul Capitani : "Oui, mais nous avons toujours porté un projet de transversalité. Et c’est ce que j’ai dit à Henri, à plusieurs reprises, "Relis le livret", notre programme fondateur. "Ce que tu fais, ce n’est pas ce que nous avions décidé." Patrick Bouchain : "J’ai toujours été très sceptique sur son recrutement. À chaque conseil d’administration, je le disais : "Attention, nous devons nous ouvrir à d’autres horizons, nos mécènes ne sont pas venus pour soutenir une école Steiner et la contractualisation avec l’état ne sera pas possible". La deuxième année, l’école est montée en charge, et nous avons vu arriver, c’est vrai, de plus en plus d’enfants et d’enseignants Steiner. Il n’y avait plus d’équilibre. J’ai dit : si on ne coupe pas, les mécènes vont nous lâcher. Il fallait cette rupture."
Vous dites que vous avez été manipulés ?
Patrick Bouchain : "Oui, il y a eu manipulation, car à chaque fois que nous voulions entendre les enseignants de sensibilité différente, cela ne nous remontait pas."
Certains se sont pourtant émus de l’organisation de cérémonies ésotériques, dont les parents n’avaient d’ailleurs pas tous connaissance… Jean-Paul Capitani : "Cela demandait au moins une explication. Quand je vois qu’on y interdisait les photos, par exemple, je dis non ! Les enfants ne peuvent pas être pris en otage."
Comment l’école va-t-elle évoluer ? Jean-Paul Capitani : "Nous allons recruter un directeur, car il faut quelqu’un qui anime les équipes, mais aussi un gestionnaire. Nous allons faire exactement ce qui était écrit dans le projet, en finir avec ce sous-jacent qui nous a nui." Patrick Bouchain : "Toute la dimension agricole du projet a été oubliée, nous allons la mettre en œuvre. Nous allons aussi retrouver un meilleur équilibre entre les pédagogies."

Une idéologie controversée
Grégoire Perra fut scolarisé dans les écoles Steiner puis enseigna lui-même cette pédagogie. Il est aujourd’hui le principal pourfendeur de ce courant de pensée, au sujet duquel il donnera une conférence à Marseille le 6 octobre prochain.
Il soutient notamment que les nouvelles écoles Steiner "se dissimulent davantage que les premières, en renonçant à porter leur nom et aussi à certaines de leurs traditions". "Pour les anthroposophes, la rationalité mathématique et la science moderne n’expliquent que la partie matérielle, visible du monde, soutient Jean-Baptise Malet dans Le Monde diplomatique. Selon eux, des esprits et des forces surnaturelles agissent dans un monde invisible. L’anthroposophie serait la "science" qui perce, par la voie spirituelle, les mystères de ce monde occulte."
Dans les écoles Steiner-Waldorf, les enfants n’apprennent par exemple aucune connaissance académique avant l’âge de 7 ans - celui où les premières dents tombent- mais passent leurs journées à jouer, pratiquer les arts, la cuisine ou le jardinage, écouter des contes...

dimanche 16 septembre 2018

un projet d'école Waldorf à Nantes?

Une personne qui se présente comme professeur des écoles depuis une quinzaine d’années dans la pédagogie Waldorf a créé une page Facebook pour exposer son projet d’ouvrir une école relevant de cette doctrine à Nantes.  Les commentaires à son article font état de la fermeture de l’école de Rennes.
« Jusque vers 6-7 ans, l’enfant apprend par l’imitation  et c’est pourquoi le jeu libre tient une place très importante. Il aime imiter ce qu’il perçoit de son environnement on rejoint des scènes de son quotidien ».
Effectivement, on retrouve  ici la théorie de Steiner pour lequel l’enfant de cet âge est un corps physique. Mais  si le rédacteur mentionne la théorie de Steiner, il ne fait pas allusion aux corps physique, éthérique, et astral. Il précise juste en citant celui qu’il présente comme un penseur, pédagogue et scientifique autrichien : « il ne s’agit pas de recevoir de l’école une formation achevée mais de se préparer à la recevoir de la vie »

jeudi 13 septembre 2018

en marge du débat sur la vaccination

Nous avons au CLPS été interpellés par un article récemment paru dans Slate, journal électronique en ligne et dont  nous vous donnons ici le lien :

« au terme de cette réflexion, la vaccination apparaît ainsi être en lien avec des idéologies dont les mouvements sectaires peuvent (…), face à l’idée aujourd’hui répandue que les données disponibles se valent, (…)  renforcer la vigilance ».
Lucie Guimier

dimanche 9 septembre 2018

Prison : terreau de radicalisation et d’extrémisme violent ?


Les éditions du conseil de l’Europe viennent de publier un traité :


Prison : terreau de radicalisation et d’extrémisme violent ?




Le conseil d’administration du CLPS a choisi de ne pas consacrer de temps à la recherche sur la radicalisation, estimant que son cœur de métier, c’étaient les dérives sectaires que nous connaissons depuis 40 ans.
Il lui aurait semblé immodeste de s’autoproclamer expert en la matière… Ce qui n’empêche que nous ne nous  refusons pas à donner et à rendre des services dans ce domaine, et sur lesquels, par respect des bénéficiaires, nous restons discrets.
Cependant, même si ces documents sont arides il se fait que des recherches insérées dans l’ouvrage que nous avons évoqué figurent sur le site du conseil de l’Europe. Leurs éventuelles difficultés de lecture ne nous empêchent pas de les mettre à la disposition de nos lecteurs professionnels .
Et en même temps c’est la reconnaissance du travail du conseil de l’Europe, un organisme supranational qui promeut les droits de l'Homme
La Cour européenne des droits de l’Homme est l’un des organismes  qui composent le conseil. Sa jurisprudence certes ne nous satisfait pas toujours, mais, à l’époque où les populismes et les extrémismes gangrènent des pays fondateurs du conseil de l’Europe, nous sommes  satisfaits  de faire connaître l’organe supranational qui a tant fait pour la cause des droits de l’Homme.


Voici les liens vers  ces documents :







vendredi 31 août 2018

Le journal méridional LA TRIBUNE rend compte des écoles inspirées par les Colibris

Un court article extrait de la tribune nous a été retransmis par nos amis de l’Ardèche. Il traite des écoles inspirées par Pierre Rabhi; il précise en introduction que « les préceptes  de Pierre Rabhi s’appliquent aussi dans les écoles  ».
Il est question tout d’abord de l’école tenue par sa fille, qui prône « la bienveillance »  et dont les théories pédagogiques sont empruntés à Montessori, Krisnamurti, Freinet, ou encore Miller. L’auteur de l’article ne précise pas que Sophie Rabbi s'est ralliée au réseau des écoles démocratiques. Mais on peut le deviner  puisqu’il précise que les enfants dénommés "citoyens" dispose d’un « choix libre » à travers diverses activités.
« Ainsi, si un citoyen qui fait des crêpes, il étudie la lecture et la  compréhension de consignes, l’utilisation pertinente d’objets de mesures, les masses et volumes, la proportionnalité, les fractions, les différents états de la matière, des propriétés chimiques tels que l'émulsion, la dilution, etc. ». Il est précisé également que chaque famille doit effectuer 60  heures annuelles de travail au profit de l’association gestionnaire, il est demandé 15 € par heure manquante. L’auteur de l’article termine par une allusion à l’école primaire du colibri dans la Drôme. La première de ces écoles est hors contrat, la seconde sous  contrat avec l’éducation nationale.

mardi 28 août 2018

DEUX DOCUMENTS SUR L'ECOLE STEINER WALDORF DE KINGS LENGLEY

Un article récemment paru dans le journal britannique Times. Nous vous en proposons ici le contenu traduit par nos soins. Part ailleurs, Grégoire Perra a signalé le témoignage  d’un père d’élève des écoles Steiner. Dans un premier temps, nous vous laissons prendre connaissance de ces documents sans donner notre appréciation, que nous réservons à la fin de cet article afin de vous permettre de vous forger votre opinion personnelle. Vu la longueur du témoignage, le bénévole  de notre association, en a fait un résumé paragraphe par paragraphe, c’est le texte que vous nous proposons ci-dessous. 



(Traduction de l'article du 2 Juillet) Le manuel STEINER : des inquiétudes croissantes



Ce manuel suggère que les enseignants rendent visite aux enfants à leur domicile et leur donnent du chocolat. Les soirées « parents » (parents/professeurs ) devraient être suivies de visites à domicile,pendant lesquelles l'enseignant peut passer du temps avec l'élève.

Il y a 35 écoles Steiner et Irlande,toutes privées sauf 4 « académies ». Elles suivent les méthodes de Rudolf Steiner,philosophe autrichien qui prônait la créativité et la pensée libre en éducation .

Dans ce manuel, qui joint des méditations légères et des conseils,on dit que les « surnoms affectueux » de la classe ,peuvent être agréables .On devrait récompenser par exemple avec du chocolat,( surtout là où le règlement de l'école interdit le chocolat),pour montrer sa satisfaction envers l'élève. Le manuel poursuit en recommandant aux enseignants d'encourager les meneurs de la classe, afin qu'ils constatent que vous (=l'enseignant),êtes leur allié spécial, le seul adulte qui les comprend.

Une autre section conseille: « dites aux élèves qu'ils sont un groupe très spécial (cela doit être le cas puisque vous êtes leur enseignant) et faites leur savoir implicitement et explicitement que vous êtes la seule personne compétente pour leur enseigner.

En même temps, cela aide à faire allusion au fait que personne d'autre ne pourrait les prendre en charge comme vous » .

L'auteur de ce manuel,Kevin Avison, cadre et conseiller de l'association a rédigé plusieurs manuels Steiner .Il décrit celui-ci comme une exploration pleine d'humour de l'enseignement Steiner et il ajoute que tous les arguments ont quelque chose de positif.

Mike Tomlinson,ancien inspecteur des écoles a dit au Sunday Telegraph que ce manuel suscite de sérieuses questions sur la philosophie des écoles et la façon dont elles conçoivent le rôle del'enseignant .Cela pourrait bien être un appel aux armes pour le ministère de l'éducation et l'OFSTED. Récemment,on a appris la fermeture de l'école Steiner de Kings Langley suite à des inquiétudes pour la sécurité des enfants et à des rapports selon lesquels on aurait empêché les parents d'oser parler.

L' OFSTED a constaté l'insuffisance de la sécurité. Un porte parole pour l'association Steiner Waldorf a dit que l'on avait mal interprété le manuel,qu'il y avait une intention ironique, de caricature,et que ceci est clairement signalé. La protection et la sécurité de l'enfant sont les priorités pour Steiner-Waldorf et l'auteur.

Un porte parole d'OFSTED a dit « l'OFSTED n'hésite pas à inspecter certaines écoles indépendantes quand des inquiétudes apparaissent et quand le ministère de l'éducation le missionne.







Résumé du témoignage 

Ce témoin s'est intéressé aux écoles Steiner-Waldorf en 1998,quand il y a inscrit sa fille ,puis il y a travaillé .Il a quitté l'école de Kings Langsley en 2014 (il avait à l'époque signalé tous les manquements et problèmes) .

§1 Le témoin a appris la fermeture de l'école le 13 juillet 2018, il la savait inévitable en raison des nombreuses inspections non satisfaisantes et aussi parce que les assureurs refusaient dorénavant d'assurer l'école. 

§2 Après avoir inscrit sa fille, il s'est impliqué en 2000-2001 dans le groupe de parents.

§3 En 2004 ,il obtient un poste à mi-temps,à l'école ,comme responsable de la communication. Il assiste aux réunions du « collège des enseignants » (il n'y a pas de directeur ou de principal dans une école Steiner)

§4 Il découvre, de l'intérieur, la gestion de l'école ,assiste d'abord en auditeur (il n'est pas professeur), puis préside les réunions pendant 3 ans 

§5 Lui-même et son épouse paient l'intégralité des frais de scolarité de leur fille. Il a besoin d'un autre mi temps .Il travaille pour l'association,apprend à connaître les responsables des autres écoles Steiner-Waldorf (il énumère leurs noms et leurs fonctions dans ce §)

§6 Il rassemble documents et liens concernant les écoles Steiner-Waldorf. Il lit des critiques en ligne.Il n'est pas d'accord à l'époque , il tente de corriger ces critiques . Maintenant, il prend conscience de sa naïveté,il sait qu'elles étaient justifiées

§7 En 2004,beaucoup de frais de scolarité ne sont pas encaissés, grand désordre dans les finances de l'établissement .Un parent d'élève qui a des compétences tente de rétablir la situation .Grâce à un nouvel intendant ,une partie des fonds rentre. Les parents incapables de payer doivent retirer leurs enfants .Mesure impopulaire,mais l'école ne fait pas faillite.

§8 Les administrateurs prennent les décisions financières,la pédagogie et le programme scolaire sont confiés à la direction collégiale.

§9 Le témoin devient « facilitateur éducatif »(?)à mi temps,ce travail ne pouvant être fait par les administrateurs. Puis il exerce cette fonction à plein temps .Il obtient une ristourne sur les frais de scolarité de sa fille.

§10 Visite des inspecteurs de l'OFSTED en 2009 .Annoncée 48 h à l'avance. Un seul enseignant retraité est prêt pour l'inspection.Lors de la précédente inspection,les inspecteurs avaient été très professionnels, zélès pour trouver les points faibles, mais courtois. En mars2009, seuls quelques enseignants assistent à la réunion organisée par les inspecteurs,la plupart snobent l'inspection. Le témoin avait pourtant tenté d'expliquer que si l'on gère une école,il y a « un cadre légal dans lequel il faut fonctionner, » il est nécessaire d’être conscients des problèmes de sécurité des élèves .
Il les avait prévenus que les inspecteurs de l'Ofsted devaient voir leur plans de cours, les évaluations des élèves , et assister à leurs cours .
Les enseignants avaient un problème avec toute forme d'autorité. L'un des enseignants de second cycle avait préparé un spectacle (pour que les élèves le jouent) qu'il avait appelé «OFSTED,la comédie musicale ». L'apogée du spectacle était la mise à mort de l'inspecteur avec les tiges de cuivre du cours d'euryhtmie. Le témoin avait constaté un comportement totalement irresponsable et puéril chez des adultes engagés pour gérer l'école.

§11 Le témoin donne des exemples de dysfonctionnements .
§12 Il évoque les difficultés rencontrées ,car il n'était pas professeur, et n'avait pas d'autre pouvoir que la persuasion morale. 
§13 Il regrette de n'avoir pas imposé en 2011 les améliorations demandées par l'OFSTED. Il sait que cela aurait été source de désordre, mais cela aurait peut être évité plus tard la fermeture de l'école.Il cite le licenciement de tous les personnels, et la réouverture avec une nouvelle structure,une nouvelle culture et de nouveaux contrats pour les enseignants
§14 Anecdote: un ami du témoin, Mick Crews, businessman expérimenté avait dit que pour que le système de gestion collégiale fonctionne,il faudrait un degré (introuvable) d'intégrité personnelle.
§15 Difficultés: l’attitude des enseignants et le refus de prendre en compte des réclamations des parents. Impossibilité de licencier un ou deux professeurs (qui devraient l'être) en raison du «copinage ».
§16 Le témoin mentionne la nécessité de dénoncer aux autorités locales et à la police un enseignant dont la conduite est répréhensible
§17 Autre problème: l’absence de stratégie concernant la maintenance des bâtiments ;
§18 rébellion, cabale,menaces
§19 mises en garde non écoutées
§20 En 2014,le témoin quitte l'école .N'a pas été remplacé . A su que l'école avait à 6 reprises échoué aux critères d'inspection. 
Résumé des propos du témoin après la fermeture de Kings Langley. 
    § 21 Le témoin regrette,en dépit de ses expériences difficiles en tant que membre du personnel ,que cette école,(dans laquelle sa fille* ,et de nombreux autres écoliers ont reçu au cours des 70 dernières années une bonne éducation), ait dû fermer.Il dénonce la faiblesse,la lâcheté, et la méchanceté de parents et d'enseignants.*Sa fille a obtenu 3A*à l'examen de fin d'études secondaires et a poursuivi à l'université avec succès)
    Il affirme que le programme Waldorf procurait une bonne éducation, il célèbre les réussites de l'école et déclare que toutes les écoles Steiner ne devraient pas être condamnées à cause de Kings Langley .

    § 22 Selon lui, aucune école Steiner ne devrait maintenant tenter une gestion par un collège d'enseignants,en dépit de ce qu'a pu dire Rudolf Steiner il y a presque un siècle.Le témoin mentionne que cette gestion collégiale n'a jamais fonctionné,même à l'époque de Steiner .(dans l'école de Stuttgart,Steiner jouait de facto le rôle de directeur).
    Le témoin donne son opinion sur la gestion d'une école (le travail avec un objectif commun ne s'est jamais appliqué à Kings Langley)

    § 23 Le rôle d' OFSTED:Il évoque une guerre de territoire entre l'OFSTED « officiel »et les anciens inspecteurs ( c'est son ressenti ) . Il cite un parent et ancien administrateur « heureusement qu'il y a l'OFSTED » et il semble partager cette opinion )

    § 24 Principale faiblesse: l'exceptionnelle autonomie de chaque école Steiner ,le manque d'autorité centralisée. Kings Langley a terni le nom de Steiner-Waldorf. La BBC,les journaux locaux et nationaux ont diffusé les informations relatives à la fermeture de K L.
    Selon le témoin,il n'y a pas eu de réaction de Dornach (la société anthroposophique de GB),ni de l'association des écoles Steiner-Waldorf . 

    § 25 Il affirme qu'il faut des actions positives et constructives .Il rappelle les déficiences dans la formation des enseignants.Il suggère que les enseignants soient qualifiés (=« certifiés »).Il rappelle qu'il faut des plans de cours,une évaluation (fiable) des élèves ,une trace écrite des cours ,et la discipline dans la classe . 

    §26 Les écoles Steiner payantes indépendantes déclinent lentement (selon le témoin) parce qu'elles n'ont pas évolué suffisamment,ni développé leur administration,leurs pratiques professionnelles et leur programme.
    Au cours des dernières années,les écoles de Canterbury, Aberdeen ,Glasgow et maintenant KL ont fermé. Il est possible que d'autres suivent .
    Bien sûr,dit le témoin, il y a quelques écoles Steiner excellentes ,parmi lesquelles Elmfield, Edinburgh,Michael Hall, Wynstones,mais l'avenir réside dans les académies subventionnées par le public,à Hereford, Exeter, Frome et Bristol.
    Ironie (soulignée par le témoin) Steiner-Waldorf soutenait les académies Steiner et était critiqué par les partisans des écoles « indépendantes ».Ces critiques prétextaient que, s'il y avait des fonds publics,le gouvernement interférerait dans le programme Waldorf ou (que)
    les écoles Steiner menaceraient les écoles payantes .MAIS le gouvernement peut intervenir et interviendra dans n'importe quelle école ,quel que soit son statut.
    Les « académies » reçoivent des fonds publics,elles doivent rendre des comptes, mais elles sont validées dans un système pluriel d'éducation en Angleterre (ce qui
    n'avait jamais été le cas !)
    La conclusion du témoin :
    S'en tenir ( s'accrocher) à ce qu'a fait Rudolf Steiner, plutôt que de chercher à exprimer l'essence de son action ,c'est condamner votre école à l'inutilité (/à l'incohérence).
    Il cite Karl König ** ,du mouvement Camphill:la tradition ne consiste pas à adorer des cendres mais à entretenir la flamme ».

    remarque de la traductrice
    ** en FRANCE ,cette citation est attribuée à Jean Jaurès .

    Une conclusion : dans nombre de pays où sont implantées les écoles Steiner, le plus souvent elles arrivent à s’intégrer dans le paysage éducatif. Toutefois, il arrive que l’on puisse constater  de graves accrocs. Cette école fermée encore en Bretagne. La même chose en ce qui concerne l’école de la Roselière ou Québec. En France, le refus de l’administration, confirmé par le juge administratif , d’accorder à la fédération des écoles Steiner le bénéfice lié à la reconnaissance d’utilité publique (et pourtant une église école bénéficie de ce statut en droit local alsacien !)
Pourquoi cette situation? Pourquoi ces exceptions ? À creuser ?















mardi 21 août 2018

à propos d'un entretien avec un ancien président du directoire de la NEF, le mot LAÏCITE n'a pas le même sens pour tous!

Une chaîne YouTube, Thinkerview, nous propose une interview d'un président  du directoire de la nef. Ce document a été signalé par Grégoire Perra.
Résumons les points qui nous intéressent. La nouvelle économie fraternelle a pour objet de financer l’alternatif, en agriculture, en pédagogie et en médecine douce. Son principe est que  l’argent relie les hommes, et son objectif de donner du sens à l’argent.
Si nous nous  en tenons là  littéralement pourquoi pas ?
En revanche, l’intervieweur évoque d’emblée Steiner. Visiblement, le responsable de la nef n’avait pas évoqué Steiner  de lui-même. Toujours la même gêne : cette doctrine est présentée comme une racine de la nef.
Précisons  que des militants du CLPS sont impliqués personnellement dans l’économie sociale et solidaire, et que l’idée de donner du sens à son patrimoine n’est pas en elle répréhensible loin de là, mais nous en arrivons là à  l’affirmation qui nous semblerait la plus contestable. Le président du directoire décrit son institution comme « fondamentalement laïque ».
Nous pensons comprendre son intention :  ne pas laisser croire que la nef serait liée à l'anthroposophie.
Passons sur le fait que la  Société anthroposophique, lorsqu’elle organise des conférences sur la finance, fait intervenir des figures historiques de la nef.
Mais sur le fond nous ne partageons pas du tout cette opinion, la laïcité, ce n’est pas pour nous ce que représente la nef. L’une des vocations de cette banque  est notamment, l’intervenant l’a dit lui-même, de financer des écoles alternatives, le plus souvent hors contrat, dont des écoles Steiner bien entendu.
Ce n’est nullement illégal,  mais c’est pensons-nous notre droit d’affirmer que pour nous, la laïcité passe par la défense du service public d’éducation et non par le soutien  aux écoles privées !
Sans doute ne mettons-nous pas les mêmes valeurs dans l'idée de laïcité mais nous n'avons pas celles d'un organisme qui aide une école dans l'ouest de la France qui a naguère fait la promotion d'une conférence de Philippe de Villiers...


LE PODCAST AUDIO DU (LONG) ENTRETIEN