Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Rechercher dans ce blog

lundi 17 janvier 2022

bienvenue sur le blog du CLPS!




Nous sommes une organisation laïque, donc ouverte à la confrontation des idées et nous ne prétendons pas, entre nous, défendre toujours les mêmes thèses. Ce qui nous réunit, c’est précisément le souci de ne pas masquer nos divergences.
Le mot " secte " est une commodité de langage qui ne correspond à aucune catégorie juridique. il n’existe en effet pas de définition de la secte en droit français. Nous ne prétendons pas, dans l’intitulé de notre association, combattre les sectes, mais prévenir le sectarisme.
En fait, peu nous importe que tel ou tel groupe étudié dans ce site soit ou non qualifié de secte. Pour nous, il représente, si nous en parlons, une atteinte a la laïcité. Le droit français leur permet d’exister. Il nous permet, à nous, de discuter leurs pratiques sans les enfermer dans une catégorie juridique et ce au seul nom du respect des droits de l’homme et de l’enfant et de la laïcité



mentions légales



NOTE SUR LES COMMENTAIRES

Le présent blog est le canal d'expression du CLPS. Nous veillons scrupuleusement à la qualité de l'information et des opinions exprimées. Nous avons maintes fois accepté d'accueillir des commentaires qui se trouvaient aux antipodes de nos convictions dès lors qu'ils étaient rédigés dans une langue correcte, qu'ils restaient courtois, et qu'ils apportaient de la matière au débat. 
Toutefois, suite à des propositions de commentaires qui ne respectaient pas ces conditions, nous nous devons de rappeler que ce blog n'est pas un forum. Nous nous refuserons en conséquence à publier les textes sarcastiques et a fortiori injurieux à l'égard de qui que ce soit, d'une longueur excessive par rapport au texte initial et les billets "en rafale" qui restent d'une lecture difficile et nuisent à la lisibilité de l'ensemble. Merci à  nos contributeurs, qu'il soutiennent ou contredisent nos thèses, de respecter ces quelques règles de savoir-vivre.

VISITEURS DU PRESENT BLOG, SYMPATHISANTS DU CLPS,

N'hésitez pas à utiliser le formulaire de contact pour nous signaler toute activité qui vous interpellerait, nous vous répondrons rapidement, sereinement! 



Posted by Picasa

A partir d'une enquête du Monde M: fermeture d'une école Steiner dans le fief d'Extinction Rebellion; retour sur les rapports d'inspection.

 







Dans le supplément hebdomadaire du journal Le Monde, un reportage assez long décrit la ville de Stroud en Grande-Bretagne. Cette agglomération est présentée comme le foyer ou est né le mouvement écologiste Extinction Rébellion. Mais comme cet article en entier est couvert par le droit de la presse, nous n'en citerons qu'un bref extrait. Deux questionnements peuvent en surgir. Tout d'abord, la rédaction de l'article peut laisser entendre qu'il existerait au minimum une convergence, au plus un lien entre Extinction Rébellion et la mouvance de Rudolf Steiner. Comme à notre habitude, nous n'affirmons pas quand nous n'avons pas de certitude. Nous ne pouvons vous offrir que le questionnement induit par l'article du Monde.

C'est donc dans ce milieu imprégné d'écologie, où est né Extinction Rébellion, qu'on trouve une école Waldorf. Mais ce qui n'est pas précisé dans l'article, c'est que cette école a été fermée récemment. L'un de nos administrateurs, angliciste, a traduit le dernier rapport, à la suite duquel l'administration britannique a décidé la fermeture. Comme à l'accoutumée, nous nous efforçons d'aller au fond des choses. Pour qui voudrait vérifier, nous donnons ici le lien vers l'ensemble des rapports relatifs à cette école.

Avec un regret : en Grande-Bretagne, les rapports d'inspection relatifs à ces écoles sont publics, mais également portés à la connaissance des citoyens via Internet. Cela permet d'une part aux parents de connaître la réalité d'une école dans lequel ils envisageraient d'inscrire leurs enfants, et également aux citoyens d'obtenir des informations sur le respect des droits de l'enfant. Une fois de plus, en faisant ce parallèle, nous émettrons le vœu que l'administration ne nous opposera plus de refus explicite lorsque nous sollicitons des rapports d'inspection des écoles hors contrat, de refus implicite en ne répondant pas à nos demandes pourtant courtoises.

,



court extrait de l'article du Monde M

Commentaires du traducteur :
Ce rapport de Janvier 2020 a eu pour conséquence la fermeture de l'école.
A vrai dire, l'inspection de 2019 avait déjà souligné tous les manquements, jugé que l'école était "inadéquate" (=insatisfaisante), non conforme aux normes qui s'appliquent aux écoles indépendantes et prescrit des changements.
C'était une école mixte, inscrite comme "independent","sans caractère religieux (mais clairement Steiner-Waldorf) qui recevait 213 élèves, de 3-19 ans (y compris des élèves à besoins spécifiques ou handicapés. Elle n'avait pas d'internat, elle ne recevait plus d'écoliers d'outre-mer depuis un certain temps. Les frais de scolarité s'élevaient de £ 7000 à £10 225.

Résumé des points principaux du rapport:

Qualité de l'éducation/enseignement:
 Les changements (préconisés lors de la précédente inspection) ont été bloqués par un groupe d'enseignants réfractaires. Les programmes (curriculum) sont restés trop peu exigeants, trop peu de rigueur dans l'enseignement de l'Anglais et des mathématiques. Les "nouveaux" programmes introduits n'ont pas conduit à une différence visible dans les connaissances et la compétence des élèves. Pour l'orientation, trop peu d'information et de conseils. Le personnel : Les responsables seniors ont pris quelques initiatives quant à la formation des personnels (mais on lit plus loin que le conseil d'administration y était défavorable et que les responsables intermédiaires ont démissionné.)
 L'enseignement de la lecture est mauvais, on a trop peu d'exigences et l'évaluation est inefficace. On enseigne mal la lecture et on n'encourage pas la lecture. Les enseignants ne savent pas enseigner les phonics et ne savent pas identifier les manques dans les aptitudes à la lecture. Ceci, associé au manque de livres pour fournir un soutien aux aptitudes à la lecture met les élèves en position désavantagée.
 Les programmes ne correspondent pas aux âges, aux aptitudes et aux besoins des élèves, en particulier ceux qui ont des besoins spécifiques ou un handicap (on lit plus loin qu'ils sont exclus des activités de classe). On constate un manque d'expertise dans la prise en charge de ces élèves. Pour les élèves à besoins spécifiques (émotionnels, ou apprentissage) un grand nombre d'élèves auront besoin de soutien supplémentaire en aptitudes de base.
Le projet d'introduire un nouveau plan "lecture», censé construire l'apprentissage des élèves efficacement, dans la durée n'a pas été développé. Les responsables ne comprennent pas encore toutes les faiblesses qui étayent leur fonctionnement. Il n'y a pas de lien entre les 3 phases principales dans l'école pour s'assurer que les élèves sont prêts pour la nouvelle phase de leur éducation. Des dispositions prises pour l'évaluation à l'école primaire ont été introduites. Mais il n'y a pas de surveillance, pas de modération de la correction des évaluations. Au mieux, l'évaluation est faible, au pire, elle est absente. Les cahiers des élèves montrent que les enseignants n'évaluent pas le travail, et ne fournissent pas de feedback (=retour d'information)

Partie III  Bien-être, santé, sécurité
--la culture de l'école est toxique.
--les relations entre personnels, parents et professions, ont conduit à une situation dans laquelle la sécurité des enfants vient après les droits acquis. Le personnel est divisé et ceux qui veulent un changement sont victimes d'intimidation de la part d'autres membres du personnel et d'un groupe de parents qui veulent garder le contrôle de l'école. Les enfants sont en danger et ne sont pas protégés quand ils devraient l'être.
On ne se préoccupe pas des problèmes de protection des enfants.
Malgré les normes statutaires de "sauvegarde", certains personnels n'ont pas fait de rapports sur les attitudes inquiétantes des élèves. Ces enseignants ont été autorisés à continuer d'enseigner, sans action disciplinaire.
Les responsables de l'école ne mettent pas en question l'attitude inacceptable des personnels, attitude qui représente un risque significatif pour les élèves. Quand l'Officier d' Education (représentant de l'autorité locale d’Education) demande des investigations internes complètes, elles ne sont pas faites. Les registres de protection des enfants ne sont pas tenus de façon efficace, donc les responsables sont incapables d'expliquer les actions qu'ils ont entreprises ou d'en décrire les résultats. Impossible de confirmer les actions prises en réponse à des problèmes de sécurité.

Politique concernant les mauvais comportements et le harcèlement: publiée sur le site web, mais pas d'encouragement à la bonne conduite, ni prévention du harcèlement. Pas de preuves que le personnel suive, mette en œuvre ou comprenne (sic!)cette politique.
Des rapports de plaintes montrent que les parents ont peu de confiance dans l'école pour réduire le harcèlement.
Beaucoup de familles qui ont retiré leurs enfants de l'école ont cité le harcèlement et le manque de sécurité pour expliquer leur décision. Ils n'ont pas pu partager leurs inquiétudes à cause des (mauvaises) relations entre parents et personnel; alors qu'un nouveau système avait été introduit, il y a depuis Septembre 2019 des «incidents" liés aux mauvaises attitudes et au harcèlement.

Les leaders responsables n'ont pas vérifié que des sanctions aient été appliquées en accord avec la ligne de conduite de l'école. Il n'y a pas eu d'analyse des "incidents". Presque rien n'a été mis en place. Des conseils extérieurs ont été fournis pour tenter de réduire le harcèlement. Cependant, il n'y a aucune preuve de la diminution des faits de harcèlement.

 Accidents et blessures

--Premiers  soins administrés aux enfants, rapports rédigés sur accidents et blessures mais pas de description des circonstances de la blessure, ni de la nature de la blessure. On remarque des blessures récurrentes, des blessures non expliquées, des blessures non accidentelles.

--Manque de soins apportés aux enfants
--Manque de surveillance
Les leaders n'ont pas interpellé les enseignants qui ont, faute de surveillance, mis les enfants en danger. Donc il se peut que cette pratique inacceptable continue : la formation récente sur ce sujet n'a pas été efficace.

Pas de surveillance efficace pendant les récréations .L'attitude dangereuse subsiste, même s'il y a des personnels.

--Evaluation des risques
Politique d'évaluation des risques non appropriée et trop limitée: on ne dit pas clairement que les personnels doivent être vigilants, et qu'ils doivent anticiper pour la sécurité et le bien-être des élèves.
Les élèves vulnérables continuent d'être en danger .Les risques potentiels pour les enfants n'ont pas été réduits.


Partie VII Façon de traiter les plaintes: plaintes écrites non prises en compte.
Pas d'indépendance dans le traitement des plaintes à cause des relations entre le personnel et les parents .Pas de confidentialité. Les leaders ne comprennent pas la nécessité de prévoir une personne indépendante comme membre du bureau (des plaintes). Les parents ne peuvent pas se plaindre de façon formelle ou informelle. Même quand une plainte est prise en considération, rien n'est fait. Au cours des années, les registres sont incomplets, et ne montrent pas comment les investigations ont été faites, ni comment une plainte est résolue.


Partie VIII Qualité des responsables dans l'organisation et la direction de l'école
La culture de l'école est préjudiciable. Elle interdit et endommage tout travail en vue de sauvegarder et de promouvoir la sécurité et le bien-être des élèves. Les manquements fondamentaux placent les enfants en danger. Rien n'a été fait pour respecter les normes relatives au bien-être, à la santé, à la sécurité, ni la gestion des plaintes. Les membres du conseil d'administration (trustees) n'exercent pas de surveillance impartiale: ils sont tous liés directement à l'école, au personnel ou aux parents. Aucune objectivité n'est possible par rapport aux plaintes. Ils sont tous contaminés. (ndlr : par l’ambiance toxique?)

Leaders et administrateurs n'ont toujours pas produit une direction et un fonctionnement efficaces.
Les enfants n'ont pas reçu un niveau d'éducation correct; ils ne sont pas dans une école sûre, qui fonctionne bien. Il n'y a pas de plan d'action, pas de normes de direction et de fonctionnement. Rien ne dit comment les responsables sont soutenus pour développer l'expertise dont ils ont besoin. Peu de capacité pour une amélioration interne.
Les responsables seniors sont soumis à une pression. Le principal ne travaille que 3 jours par semaine, le principal adjoint passe beaucoup de temps à s'occuper des "incidents»; il est incapable d'en faire davantage.
Les responsables intermédiaires ont démissionné, ce qui a exacerbé la situation.
Peu de progrès pour le respect des normes (non respectées lors de la précédente inspection).
Il manque ce qui serait nécessaire pour soutenir les améliorations et il y a trop peu d'insistance sur les priorités. Le manque de système pour s'attaquer à l'attitude médiocre des personnels et à leur incompétence a permis la persistance d'une attitude inacceptable et a mis un frein aux tentatives d'amélioration. Les trustees (ndlr membres du conseil d’administration) n'ont pas pris en compte les leaders: les minutes des réunions montrent que des systèmes essentiels, basiques, ne sont pas en place. On ne sait pas ce que les trustees attendent des leaders. Les possibilités de soutenir les leaders sont éludées, ou renvoyées à de prochaines réunions. Les trustees n'ont pas rassemblé assez de renseignements pour avoir une vue d'ensemble de l'école.

Les exigences statutaires ne sont pas respectées. Il y a déficience des dispositions prévues pour les enfants aux besoins spécifiques. Pour les enfants du jardin d’enfants (Kindergarten), pas de dispositions efficaces pour que les enfants soient en sécurité.


Cette école ne respecte pas les normes exigées pour les écoles indépendantes.
Lors de la précédente inspection, ces normes n'étaient pas respectées.
                                                                   --------------------------------------------------

L'école a fermé. Si l'on va sur leur site, le leader, en 2021 disait qu'il n'avait pu rouvrir pour "raison financière" et il incriminait la crise du Covid. A vrai dire, après avoir lu le rapport, on imagine que beaucoup de parents ont retiré leurs enfants.




dimanche 16 janvier 2022

stages ennéagramme proposés par le diocèse de Besançon in L' est républicain

 

Montferrand-le-Château Ce drôle de stage organisé par le Ce dCe drôle de stage organisé par le diocèse de Besançon


                            en 2020 déjà

 de Besançon

Ce week-end, l’évêché de Besançon organise, à Montferrand-le-Château, un stage d’initiation à l’ennéagramme. Une méthode de pensée soulignée par la Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires.

Par Philippe SAUTER - 



Le foyer Sainte-Anne de Montferrand-le-Château devrait être assez fréquenté ce week-end. Entre une dizaine et une vingtaine de personnes sont annoncées pour occuper les lieux durant deux jours, avec repas et hébergement si nécessaire. Le stage est organisé par le diocèse de Besançon, plus particulièrement son service formation.

Initiation à l’ennéagramme Il sera consacré à l’initiation à l’ennéagramme, et animé par Marie-Laure Rochette, « certifiée du centre d’étude de l’ennéagramme » venue de Paris pour l’occasion. Cette méthode de pensée remonterait à la lointaine Antiquité. Il s’agit de l’étude d’un « symbole à neuf côtés qui propose neuf types de personnalité ».On est assez loin de l’étude de la vie des saints d’autant que la méthode est mentionnée par la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, plus précisément dans la liste « excluante de la médecine traditionnelle »

« Mystique new age » 

À Vesoul, Gilbert Klein, à la tête du Cercle laïque pour la prévention du sectarisme, association habilitée par l’État, ne manque pas de s’étonner en découvrant ce stage. « C’est une méthode d’introspection psychologique, on est dans une sorte de mystique new age. Ça peut poser quelques problèmes au niveau de la prise en compte de soi-même et des autres. » Cette question est, bien sûr, posée à Isabelle Morel, la responsable du service formation au diocèse de Besançon qui est à l’origine de l’organisation de ce stage.

« Un outil de développement personnel »

« Je sais que l’ennéagramme est sur la liste des dérives sectaires potentielles. Et ce n’est pas la première fois que nous organisons un stage de ce type. Mais ce mot correspond à différents types de pédagogie. Nous connaissons la personne qui intervient. Il s’agit d’un outil de développement personnel qui peut être, par exemple, utile pour les techniques de communication non violente.

Loin de l’Église tout cela ? Isabelle Morel y voit un lien : « Ces stages sont faits principalement pour des personnes qui travaillent en équipe. Dans l’Église, il y a beaucoup d’activité pastorale, beaucoup de travail en équipe dans nos paroisses. C’est à comparer à un stage de pédagogie, tout en étant un outil de développement. Et l’on vérifie la qualité des interventions. Ces stages sont d’ailleurs validés par le vicaire général. »

« Plus que problématique » 

Un constat apaisé que ne partage pas Bertrand Chaudet. Diacre permanent au diocèse du Mans, il a mené à bien études et ouvrages à propos de ce type de méthode qui, pour le moins, ne suscite pas son enthousiasme.« L’ennéagramme est plus que problématique. Tant sur le plan de la raison qu’au niveau de la foi. Il n’y a pas d’effets immédiats, c’est plus subtil que cela. Le vrai problème est qu’il s’agit d’une grille d’enfermement mental. Cela a un succès certain actuellement dans l’Église. Le diocèse de Saint-Etienne a organisé des journées de l’ennéagramme. Cela a même pénétré dans certains monastères. Plutôt que de regarder leur nombril, ces participants pourraient peut-être plus s’intéresser au Christ et aux évangiles. »

POUR EN SAVOIR PLUS, lire ( lien ci-dessous)

LA FACE CECHEE DE L'ENNEAGRAMME de DANIEL LAFARGUE


mardi 4 janvier 2022

les péripéties juridiques de l'installation d'un centre de l'Eglise de scientologie à Saint-Denis (93)




À propos de plusieurs affaires récentes, nous avons pu constater que le droit de l'urbanisme n'était nullement adapté à la problématique des dérives sectaires. Un permis de construire doit être délivré dès lors que les conditions de sécurité et d'environnement sont remplies. La puissance publique vient encore de s'en rendre compte à ses dépens lors d'une affaire qui l'opposait à l'église de scientologie.

Après avoir suivi la procédure qui s'imposait, le maire de Saint-Denis, au nord de Paris, avait refusé un permis de construire. Toutefois, la cour administrative d'appel a constaté que juste avant de refuser le permis de construire qui aurait permis à l'Eglise de scientologie d'ouvrir son centre, les élus de la ville avaient multiplié dans la presse des expressions de leur désarroi.

La cour administrative d'appel a donc demandé au maire de réexaminer la demande, craignant que le refus signifié ne le soit pas pour les raisons prévues par la loi, mais par l'hostilité envers l'implantation de ce centre dans leur cité. L'utilisation de pouvoirs prévus par la loi dans un autre objectif est appelée en droit « détournement de pouvoir ».En droit, une seule solution permettrait d'éviter cet écueil : c'est celle qui avait été proposée par Jean-Pierre Brard. Il était alors député. Il avait déjà souhaité que les maires puissent refuser le permis de construire aux groupes sectaires ; il avait déposé une proposition de loi visant à modifier l'article 421-1 du code de l'urbanisme : « le permis peut être refusé à toute association se réclamant de la législation relative aux associations cultuelles dont l'activité constitue une menace à l'ordre public et figurant, en conséquence, sur une liste fixée par décret en Conseil d'Etat ».

Gardons toutefois en mémoire qu'un tel vote introduirait une législation spécifique, ce à quoi le législateur s'est toujours refusé notamment en matière de droit administratif.

En suivant le lien ci-dessus, vous trouverez le résumé du jugement sur le site de la cour administrative d'appel. Et celui vers le texte intégral vous sera alors fourni sur cette page.

lundi 27 décembre 2021

AVENIR DE LA MIVILUDES: communiqué auquel le CLPS s'est associé

 


D’après le site internet de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), sur la base du travail réalisé par les commissions d’enquête parlementaires, notamment à partir des informations émanant des services de renseignement, on peut estimer aujourd’hui en France à 500 000 le nombre d’adeptes de mouvements sectaires et à 60 000 à 80 000 le nombre d’enfants élevés dans un contexte sectaire. Le phénomène est d’importance et dans ces temps de crises et de pandémie, il continue de progresser sournoisement dans des formes renouvelées.

Depuis vingt ans, l’Etat dispose, avec la Miviludes et son équipe dédiée, d’un outil unique pour évaluer et suivre le risque de dérive sectaire et agir contre sa propagation avec des succès significatifs. Cependant l’engagement de la puissance publique doit être à la hauteur des enjeux et des menaces.

Si sa dimension interministérielle a été formellement maintenue après la décision du gouvernement en 2021 de la retirer de l’autorité directe du Premier ministre, son positionnement désormais comme service du ministère de l’Intérieur sous la responsabilité du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) reste regrettable et pointe ses limites.

L’extension et la diversification constatées des phénomènes sectaires méritent un effort public significatif, des moyens identifiés accrus tant en nombre de fonctionnaires affectés à plein temps sur ses missions, qu’en budget de fonctionnement pour permettre un travail efficace de terrain en lien avec tous les acteurs concernés et à l’écoute des victimes.

Au vu des budgets prévus par la loi de finances 2022, le compte n’y est pas. Le million d’euros affecté en 2021 aux soutiens des associations engagées à la lutte contre les dérives sectaires est a minima à reconduire face aux besoins croissants. De plus, sauf à obérer sa capacité d’action, les moyens humains et financiers directement affectés à la Miviludes sont très insuffisants pour corriger les sous-effectifs actuels, renforcer ses services et permettre un meilleur fonctionnement.

Parce qu’il est urgent de se mobiliser, les organisations signataires demandent au gouvernement de corriger sa copie et de donner plus de forces à la lutte contre les dérives sectaires.

Signataires :

Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Alerte Faux Souvenirs Induits (AFSI)
Association pour la Science et la Transmission de l'Esprit Critique (ASTEC)
Centre national d'Accompagnement Familial Face à l'Emprise Sectaire (CAFFES)
Cercle Laïque pour la Prévention du Sectarisme (CLPS)
Collectif No Fakemed
Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL)
La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf
Méta de choc
Secticide

Paris, le 27 décembre 2021

jeudi 23 décembre 2021

Ecole du Gouvernail hors contrat à Angers: discussion serrée entre le Maire et l'opposition lors du Conseil municipal du 20 décembre 2021 cliquer sur le partage du tweet pour visionner la séance

 



Nous avons été avertis d'un échange courtois mais tendu au cours du conseil municipal du 20 décembre 2021 entre le maire de la ville d'Angers et la représentante de l'opposition socialiste. Nous ne sommes pas sûrs que les règlements relatifs à la reproduction des vidéos des conseils municipaux  autorisent la reproduction d'un extrait. En revanche, il est permis de s'y reporter par un lien. Aussi partageons-nous la vidéo qui figure sur le site municipal, en vous précisant que l'échange relatif à l'école espérance banlieue se trouve très exactement à 3h52 à partir du début du document audiovisuel. Le débat relatif à l'école du  gouvernail dure à peu près un quart d'heure.

Précisons à l'attention de nos lecteurs que contrairement à ce qui est affirmé à un moment de l'échange, les rapports d'inspection des écoles hors contrat sont communicables. Et cela à tout citoyen qui en fait la demande. La commission d'accès aux documents administratifs n'a jamais estimé que l'administration était fondée à refuser la communication d'un tel rapport à notre association.

Concernant le réseau espérance banlieue, dont nous avons déjà évoqué l'existence, la meilleure description que nous ayons eu l'occasion de lire était tirée du livre de Peter GUMBEL, « ces écoles pas comme les autres ». Nos opinions sont totalement opposées aux conclusions de l'auteur de ce livre, qui est hostile au service public et laïque de l'éducation. En revanche, la description d'une journée dans une école espérance banlieue permet au lecteur, même si comme nous il défend une école ouverte à tous les Français, de se faire une idée de l'idéologie qui anime ces écoles.


 

lundi 20 décembre 2021

PROCES AMOUR ET MISERICORDE à Dijon; comptes rendus parus dans les actualités Dalloz

Nous proposons la lecture de ces comptes rendus d’audience car ils illustrent ce qu’est une emprise sectaire




Procès pour abus de faiblesse de la « gourelle » d’un groupe de prière (partie I)

La semaine dernière, le tribunal correctionnel de Dijon (Côte-d’Or) se penchait sur les dérives sectaires d’un groupe de prière, constitué autour d’une gourelle (féminin de gourou) affirmant voir la vierge. Après quasiment deux décennies d’une instruction poussive et rocambolesque, « la petite servante » comparaissait, de même que son bras droit, pour abus de faiblesse aggravé. Le parquet a requis une année de sursis simple contre chacun. Jugement le 31 janvier 2022.

par Antoine Blochle 29 novembre 2021

Éliane et ses 67 printemps passent les portes battantes de la salle d’audience dans le grincement d’un fauteuil roulant. Presque un trône, poussé par un membre fort attentionné du groupe de prière qui s’est constitué autour de celle que l’on surnomme « la gourelle ». 


LIRE LA SUITE ICI SUR LE SITE DES EDITIONS DALLOZ


Procès pour abus de faiblesse de la « gourelle » d’un groupe de prière (partie II)

La semaine dernière, le tribunal correctionnel de Dijon (Côte-d’Or) se penchait sur les dérives sectaires d’un groupe de prière, constitué autour d’une gourelle (féminin de gourou) affirmant voir la vierge. Après quasiment deux décennies d’une instruction poussive et rocambolesque, « la petite servante » comparaissait, de même que son bras droit, pour abus de faiblesse aggravé. Le parquet a requis une année de sursis simple contre chacun. Jugement le 31 janvier 2022.

par Antoine Blochle 30 novembre 2021

Accédez à la première partie de ce compte rendu d’audience.

« Je n’ai pas d’ordre particulier… », répond le matin du deuxième jour l’avocat de la « petite servante » à la présidente, lorsque celle-ci tente de planifier les auditions de la longue liste de témoins cités par la défense, tous membres actuels du groupe de prière.


LIRE LA SUITE

vendredi 17 décembre 2021

SAINT PIERRE DE COLOMBIER revue de presse transmise par nos amis ardéchois




jeudi 9 décembre 2021

édition spéciale d'ENVOL, organe de la Fédération des Oeuvres laïques de l'Ardèche, avec le soutien de la MIVILUDES

 

 



Nos partenaires de la Fédération des Oeuvres Laïques de l'Ardèche ont répondu à l'appel à projets proposé au milieu associatif par la MIVILUDES (Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires). L'objectif était la rédaction d'un numéro spécial de leur journal ENVOL consacré aux dérives sectaires. Déjà régulièrement, ce journal proposait à ses lecteurs des articles sur cette problématique. Le numéro spécial a été finalisé, nous vous le proposons ici en version PDF. N'hésitez pas à vous en emparer, à le diffuser sous forme électronique sur les réseaux sociaux ou par liste de diffusion. N'hésitez pas non plus à l'imprimer. Le CLPS remercie le comité de rédaction de la revue et la Fédération pour leur travail.


Comme quoi la prévention des
dérives sectaires entre bien dans le champ d’action des associations d'éducation populaire ! Nous restons d'ailleurs à leur disposition pour leur permettre de profiter de notre fonds documentaire pour toute initiative de prévention ou d'information.   

LIRE LE NUMERO SPECIAL D'ENVOL ICI