vendredi 11 mai 2018

le CENTRE ETHIQUE INTERNATIONAL, questionnements, pistes de réflexion

Notre association a été saisie par un particulier qui avait assisté à une réunion publique du centre éthique international. : Nous citons dans le texte la missive qu’il nous a adressée : "A une soirée récente du Cercle d'éthique international, j'ai ressenti comme hermétique le discours de la présidente, amour, douceur, générosité etc.. mots jamais étayés par quoique ce soit.  Je n'ai d'ailleurs pas été la seule personne de l'auditoire à ressentir "comme un malaise".
Il se fait que nous avons pu retrouver des articles sur cette association créée par Fanny Abadi.
Nous proposons donc à nos lecteurs ce dossier de presse, en partageant des articles que nous avons trouvés. Conformément à notre manière de faire, nous ne voulons pas être taxés de partialité, et nous vous soumettons également la réponse de la présidente de ce centre suite à un article de presse la mettant en cause et donnons le lien vers son propre site. Ceci pour éviter toute information unilatérale.
Mme Abadi a créé une structure dans la région de Montpellier et visiblement tente de réimplanter des activités en Bourgogne. Elle a été controversée et il nous est difficile de porter une appréciation sur la tournure que ce centre éthique va prendre en Bourgogne ; toutefois, il faut toujours interroger le passé pour comprendre l’avenir.
Pour donner une opinion plus précise, il nous faudrait savoir si la méthode de micro myo-énergétique a donné lieu à une évaluation scientifique, si la psychanalyse énergétique pratiquée par la dirigeante de ce centre est reconnue par les instances universitaires, et également de savoir quel est le cursus universitaire dont elle-même se prévaut. Telles sont les questions que nous nous posons, et dans la réponse serait utile à nos recherches.
En attendant, voici les partages des opinions « pour » et « contre ».


puis la presse :











CITATION DU JOURNAL l’EQUIPE 5 septembre 2004





Arron et Didiot-Abadi se sont rencontrées en Guadeloupe par l’intermédiaire de l’association Sport’a vie, à laquelle la psy collabore, et dont la championne est marraine. Faisant allusion aux critiques émises par Robert Poirier qu’il tient à condamner dans un communiqué en tant qu’athlète de haut niveau et président du Groupement des athlètes français (GAF), Bangué ajoute : « On a tous des choses qui nous pèsent sur le plan personnel. Ce travail nous permet d’y voir plus clair dans notre vie et donc dans notre activité sportive. Si on ne comprend pas cette démarche, on va en discuter avec l’athlète. » Il faut également se souvenir des propos de la championne du monde du 4 × 100 m, agacée par les questions sur sa psy, juste avant ses débuts aux Jeux :« Si je ne faisais pas du sport de haut niveau, elle serait quand même à mes côtés. Ma démarche dépasse le cadre du sport. » Certes, mais c’est aussi Christine Arron qui a rendu cette démarche publique et « sportive » en invitant Fanny Didiot-Abadi jusqu’au stade d’échauffement de toutes les compétitions qu’elle a disputées. Et les exercices de « stimulations énergétiques » qu’elle a effectués devant des athlètes interloqués contribuent un peu plus au trouble dont Stéphane Diagana, vice-président du GAF, se fait l’écho en se désolidarisant de l’initiative d’Emmanuel Bangué : « En aucune façon, le GAF n’a été consulté et je demanderai à Emmanuel de s’expliquer. Il ne peut se permettre d’engager une parole collective sur des terrains aussi particuliers. Je ne partage pas du tout son avis et je désapprouve fermement sa démarche. » 

COMMUNIQUE DE MADAME ABADI SUITE A L’ARTICLE PRECEDENT (TEXTE INTEGRAL)







Affaire à suivre… Pour le moment voici des éléments de réflexion ! Nous recueillerons avec intérêt tout témoignage quelle que soit sa teneur.

lundi 30 avril 2018

RAPPORT de l'OFSTED 27.2.2018 école Steiner de KINGS LANGLEY

En Grande-Bretagne, les rapports d’inspection des écoles indépendantes sont rendus publics... et mis en ligne, voici la traduction d’un rapport d’inspection de l’école Steiner de Kings Langley que nous avons précédemment évoquée accompagnée du lien vers le document initial afin de nous entourer de toutes garanties.

RAPPORT de l'OFSTED  27.2.2018  

conclusion globale: l'école ne respecte pas toutes les normes vérifiées au cours de l'inspection
Ce que les inspectrices ont principalement trouvé :

     
      PARTIE 1:Qualité de l'enseignement fourni  

    --inspection précédente: la qualité de l'enseignement était trop variable dans l'école. Les enseignants ne planifiaient pas tous les cours en conformité avec les attentes des dirigeants .Par exemple ils ne tenaient pas assez attentivement compte des besoins des élèves qui ont besoin de soutien (cours supplémentaires).Le travail était souvent trop peu exigeant, et l'évaluation des progrès était toujours à ses balbutiements.
    --le principal reconnaît qu'il y a des progrès à accomplir pour que l'enseignement soit satisfaisant pour tous les élèves Il reconnaît à juste titre que les compétences des enseignants varient encore très largement .Un certain nombre d'enseignants reçoivent du soutien des professeurs seniors. Cela commence à avoir un impact sur la pratique individuelle,mais les progrès ne font que commencer.
    --un travail considérable a été fait pour améliorer l'évaluation des progrès des élèves par les enseignants et les responsables. La stratégie d'évaluation s'étend maintenant à un grand nombre de matières, par exemple la lecture au niveau de l'école primaire. Cependant, il y a encore du travail à accomplir pour s'assurer de l'exactitude de ces évaluations.
De même,alors que certains enseignants utilisent bien ces données pour construire les étapes suivantes de leur enseignement, ce n'est pas le cas pour toute l'école. Les meilleurs efforts des responsables ne sont pas suivis de résultats du fait de cette pratique incohérente pour l'amélioration globale de la qualité de l'enseignement fourni .

    conclusion: cette norme n'est pas atteinte

     PARTIE 3: Bien être, santé et sauvegarde (securité) des élèves  

A la précédente inspection de contrôle,on a constaté que les pré requis de cette norme «sauvegarde» ont été respectés
    -recrutement-:cette norme n'est pas respectée .Les responsables n'ont pas vérifié que tous les nouveaux employés avaient été contrôlés avant de prendre leur poste. Ils ont accepté des candidatures qui sont bien en dessous du niveau professionnel (requis) et n'ont pas examiné les références appropriées .
Une fois encore,les responsables ont exposé potentiellement les élèves à un risque en ne s'assurant pas de l'adéquation des personnels aux postes .
    --les documents même de l'école montrent,et les responsables en témoignent ,qu'en dépit d'une formation ,et de discussions sur la sauvegarde (securité), il arrive que des personnels n'agissent pas dans l'intérêt des élèves.Quand cela se produit, les personnels en réfèrent aux responsables seniors,qui cherchent conseil/assistance appropriés auprès des autorités locales .

    conclusion:cette norme n'est pas respectée


      PARTIE 7 Façon dont on gère les plaintes (réclamations) 

    --cette norme a été respectée lors de la précédente inspection. Cependant,à propos des  plaintes formulées auprès du Ministère de l'Education ,il a été demandé aux inspecteurs d'estimer si ces normes étaient tjrs respectées.
    --Les documents de l'école montrent qu'il y avait eu ,depuis la précédente inspection, 8 plaintes concernant la qualité de l'enseignement et l'acquisition des connaissances.
    Chacune a été traitée rapidement et de façon informelle –le responsable surveillait le processus.
    –-Ces réclamations qui ont donné lieu à des investigations,avaient été suscitées avant
    l'inspection de Novembre 2017 .
    -- Les responsables suivent une ligne de conduite à propos des plaintes et font preuve d'une réelle détermination pour essayer de résoudre les inquiétudes des parents.Dans la majorité des cas, cela fonctionne.

     conclusion: cette norme est respectée

     PARTIE 8  Qualité des dirigeants et gestion des écoles  

    --lors de  la précédente inspection, norme non respectée.
    De plus, alors que les normes relatives à sécurité et les plaintes  avaient été respectées en Novembre 2017,la viabilité des ces améliorations n'avait pas été testée. Les améliorations étaient relativement récentes et dépendaient des nouveaux responsables, temporaires .
    --De façon cruciale (critique ),ces responsables n'ont pas prolongé les améliorations des pratiques de recrutement plus sûr. Ces manquements existent de longue date dans cette école.Des embauches récentes montrent un niveau de pratique inacceptable.Le processus d'acte de candidature n'est pas effectué professionnellement.On a ignoré délibérément la ligne de conduite pour le recrutement des nouveaux enseignants. Cela représente une marche arrière inquiétante de la nouvelle culture de sauvegarde qui était apparue lors de la première inspection.
    --Les enseignants  seniors ont amélioré la qualité de l'enseignement,l'apprentissage et l'évaluation.Les données fournies par l'évaluation ont commencé à mettre en lumière les relatives forces et faiblesses de ce qu'apporte l'école (aux élèves), et les enseignants individuels doivent rendre compte de leur travail .Cependant,les élèves ne reçoivent pas encore un «  régime » de possibilités d'apprentissage de bonne qualité,basé sur ce qu'ils savent déjà et peuvent faire.
    Par conséquent,ces aspects des normes pour les écoles indépendantes restent non respectées (cf règlements de 2014 )
     
      Norme non respectée
                                                 
                                             

vendredi 27 avril 2018

L'école Rudolf Steiner, de Kings Langley

Hemel Gazette 
Article du Jeudi 12 Avril
Ecole privée du Hertfordshire recalée de nouveau au test de sauvegarde

Une école privée inquiétée par l’administration ,et menacée de fermeture,n'a pas répondu aux exigences de sauvegarde .
L'école Rudolf Steiner, de Kings Langley a reçu une autre visite des inspecteurs de l'OFSTED ,en Février et ces derniers ont trouvé qu'elle ne satisfaisait pas aux exigences de sauvegarde . On a demandé aux parents de venir à une réunion, la semaine prochaine pendant laquelle ils discuteront de la façon dont l'école Rudolf Steiner evoluera .
Pour le principal par interim, T.B., « c'est clairement un pas en arrière qui nous déçoit beaucoup» « Nous avons fait les correctifs dans les 3 jours (ouvrés) suivant l'inspection, car c'était un sujet mineur, mais cependant important »
La réunion sera consacrée à divers sujets, autour des projets financiers et éducatifs de l'école.
M.B. n'a pas voulu entrer dans le détail de ce qui sera discuté –mais il a dit que l'école prendrait des décisions significatives dans les semaines à venir,et qu'il souhaitait que parents, personnels et membres de l'association de l'école soient d'accord.
Il a insisté sur le fait que de telles réunions avaient été tenues chaque trimestre depuis qu'il était devenu le premier principal en Août dernier .
Cependant,il a admis que l'école disposerait de moins d'argent l'an prochain et la Gazette a compris que le budget de l'école pourrait être diminué de 10%.
Et M.B. a confirmé que l'école réexaminait sa représentation légale .
En ce moment,l'école Rudolf Steiner de Langley est représentée, dans ses efforts pour rester ouverte, par Mishcom de Reya,le cabinet d'avocats prestigieux qui représentait la princessse Diana dans son divorce avec le prince de Galles .
Il a ajouté « en ce moment, nous avons des juristes sur ce sujet. Nous passons également en revue les façons d'évoluer; Leur collaboration nous satisfait mais nous devons avoir des finances saines »
Le porte parole de OFSTED a dit que le rapport du contrôle de Février serait publié après la fin des congés de mi trimestre .
Les questions posées par cette école Rudolf Steiner dont les frais de scolarité sont de £ 9250 par an remontent à Mars 2016, quand le service d'inspection des écoles a fait une inspection d'urgence à la suite de plaintes d'un certain nombre de parents . OFSTED s'est alors impliqué,trouvant que l'école était insuffisante (« inadequate ») et présentant de sérieuses faiblesses.
Et en Août dernier,la secrétaire d'état (=ministre) pour l'éducation a dit qu'elle avait l'intention de retirer cette école Rudolf Steiner du registre des écoles indépendantes, forçant ainsi,par le fait, l'école à fermer .
L'école fait maintenant appel de cette décision.
M.B. a dit qu'il n 'était pas sûr de la prochaine disposition, bien qu'à l'origine une décision ait été attendue pour ce mois ci .
Il y aura une réunion entre l'école et le ministère de l'éducation le vendredi 20 avril.
M.B. a dit « nous sommes un peu dans l'obscurité. Nous nous préparons pour d'autres inspections de l'OFSTED ,c'est, pour l 'école, la seule façon sûre de procéder »



Suite à un lobbying religieux, le Gouvernement abandonne les projets consistant à imposer une réglementation aux écoles religieuses à mi temps,

Article de la newsletter de humanists du 10 Avril 2018
traduction par nos soins

Suite à un lobbying religieux, le Gouvernement abandonne les projets consistant à imposer une réglementation aux écoles religieuses à mi temps,

A la suite d'un lobbying mené par des organisations religieuses ,parmi lesquelles l'archevêque de Canterbury,le Gouvernement a décidé d'abandonner les projets de réglementation des dispositifs hors cadre, tels les madrassas et les yeshivas .L'annonce provient de la réaction du Ministère de l'éducation à une consultation sur des propositions faites en 2105-2016 ,et déclare qu'à la place, « un code de pratique ,volontaire, pour les dispositifs hors cadre serait consulté ».
En Novembre 2015 ,le gouvernement avait proposé d'introduire un système d'enregistrement et d'inspection dans un effort pour aborder le problème d’écoles à mi temps qui font la promotion de l'intolérance et ne font rien pour encourager les enfants à respecter ceux qui ont d'autres religions et croyances.
A l'époque humanists avait accueilli favorablement ces propositions, fournissant des preuves détaillées de la nécessité d'une réglementation. Humanists a qualifié la volte-face du gouvernement de trahison des enfants, trahis et maltraités dans des écoles religieuse à mi temps, et dénoncé une fois de plus une autre capitulation face à la volonté du lobby religieux.
L'opposition a été révélée pour la première fois l'an dernier quand l'archevêque de Canterbury a admis avoir participé personnellement au lobbying auprès de David Cameron afin que les projets soient abandonnés, en apparence à cause de craintes infondées sur l'impact de ces projets sur l'école du dimanche (=catéchisme). Plus tard,l'église d'Angleterre a été critiquée publiquement par l'OFSTED,pour son obstruction. Maintenant,c ependant, il semble que le lobby religieux ait obtenu gain de cause .
Révélant que plus de la moitié des réponses provenaient des « groupes de foi », le document du Gouvernement déclare que plusieurs personnes sondées ont dit que les propositions du Gouvernement équivaudraient à une mainmise de la religion par l'Etat. Interrogés sur l'interdiction d'un enseignement qui saperait (les valeurs) ou serait incompatible avec les valeurs britanniques fondamentales, ou de nature à promouvoir des opinions extrémistes, presque les deux tiers étaient en désaccord. Beaucoup ont exprimé une inquiétude, selon laquelle sans définitions strictes et limitatives, la portée de ces termes pourrait être utilisée pour interdire l'enseignement de quelques opinions et croyances dominantes .
A la place de ces projets abandonnés, le Gouvernement a maintenant pour projet de consulter à partir d'un code de pratiques volontaire, pour fixer des normes claires aux fournisseurs(d'enseignement).Cependant,il n'a pas exclu « une législation à venir,où les lacunes dans les pouvoirs existants soient identifiés ».
Et le mois dernier,il a annoncé qu’il projetait de prendre des mesures contre les écoles religieuses à plein temps en Angleterre. Une consultation a aussi été lancée ce jour pour introduire un registre obligatoire des enfants instruits à domicile, afin d'autoriser les autorités locales à mieux identifier les enfants qui fréquentent des écoles illégales, ou échappent à l'enseignement .
--------------------

Le dernier paragraphe est le commentaire de Jay Harman ,qui qualifie ce projet de code (auquel les groupes répondraient volontairement ) de trahison des milliers d'enfants ,exposés à des dispositifs religieux sans réglementation.
Clairement,ni les scandales liés à la maltraitance d'enfants par des organisations religieuses,ni les révélations récentes (par une commission d'enquête indépendante)sur les abus sexuels,ne suffisent à convaincre le Gouvernement de la nécessité de réglementer ces lieux .Encore une capitulation devant les droits acquis de certains groupes religieux...Le ministre ignore délibérément les conseils des autorités locales et OFSTED …
Humanists projette d'autres actions .


dimanche 22 avril 2018

dans VOSGES MATIN

Mon fils est mort en Syrie - Version longue







Témoignage dit lors de notre rencontre à Arches





rapport d'activités discuté et approuvé en assemblée générale du CLPS, 21 avril 2018


















CERCLE LAÏQUE POUR LA PREVENTION DUSECTARISME
 
RAPPORT D’ACTIVITE 
(larges extraits)
21 AVRIL 2018



16 ans déjà ! C’est toujours sans triomphalisme, mais sans occulter ce en quoi nous avons fait avancer la cause qui nous rassemble que nous vous présentons cette année un rapport d’activité.
Toujours, nous l’espérons, tout en nuances.

L’information

C’est toujours le blog qui est notre principal vecteur d’information. Il nous a même permis de prendre contact personnellement avec des amis qui nous ont fait le plaisir de nous rejoindre. Nous nous efforçons toujours de ne pas tomber dans un manichéisme facile et il faut nous efforcer à observer une objectivité maximale autant que faire se peut ; il est déjà arrivé certes que des mouvements ou des mouvances dont nous avons évoqué l’existence nous demandent des droits de réponse ou nous envoient des correspondances ; toutefois, notre prudence fait en sorte que cela reste relativement rare. Le plus jeune d’entre nous a demandé que nous ouvrions une page Facebook. Nous l’avons fait, et il se fait que d’une manière générale, il semblerait que la fréquentation de notre blog ait sensiblement augmenté.

De plus, il se fait que via le formulaire de contact du blog, des demandes d’informations nous parviennent, et nous nous efforçons d’y répondre dans les délais les plus brefs. Nous nourrissons l’espoir, mais peut-être est-ce trop demander, que les contacts virtuels pris via les réseaux sociaux nous permettent d’entretenir des contacts humains et militants… Peut-être n’est-ce pas l’esprit des réseaux sociaux.


L’enseignement hors contrat

Nous avons déjà souligné la position difficile dans laquelle nous nous trouvions : nous sommes des défenseurs du service public, donc des fonctionnaires. En revanche, la loi nous permet de solliciter des directions départementales des services de l’éducation nationale les rapports sur les établissements hors contrat qui pourraient être suspectés de sectarisme. C’est année, nous en avons demandé une dizaine. Et les difficultés s’accroissent. Peu de réponses ces dernières semaines. La Commission d’accès aux documents administratifs que nous saisissons à chaque fois, garde une jurisprudence constante : les rapports d’inspection, dès lors qu’aucune procédure judiciaire n’est en cours et que les noms des personnes physiques sont biffés sont communicables à toute personne qui en fait la demande. Sans doute faut-il voir dans ces refus tacites de répondre à nos demandes une tradition administrative de discrétion ?

Mais le contexte cette année est différent : qu’on nous entende bien. Nous n’entendons pas mener une campagne politique, nous n’avons jamais appelé à voter pour tel ou tel candidat ou aux élections politiques, et d’ailleurs il est à parier que la variété des appartenances et des sympathies de nos adhérents recouvrirait une palette très large. Mais quand nos principes et notre objet statutaire sont en cause, nous devons aussi le dire. La ministre de la culture qui appartient où est proche nous ne savons pas, nous n’avons pas de preuve en la matière, d’une mouvance que nous suivons, à créé dans sa maison d’édition une école proche c’est le moins qu’on puisse dire de ladite mouvance. Le ministre de l’éducation nationale a envoyé un message chaleureux à la fondation espérance banlieue, proche de la fondation pour l’école qui l’abrite. Cela peut-t-il expliquer les difficultés à obtenir le rapport de l’école Alexandre Dumas en Seine-Saint-Denis, que nous avons sollicité de l’administration ? Avouons le, nous ne pouvons pas l’affirmer, nous ne savons pas s’il s’agit d’une conséquence d’une volonté politique, ou tout simplement, ne soyons pas paranoïaques, d’une pesanteur administrative.

Nous avons pu constater que les mouvance dans lesquelles évoluent les établissements hors contrat se multiplient, et les établissements également. Il est de plus en plus difficile de relever ce qui appartient au domaine qui fait l’objet social de notre association, d’établissements à but purement de l’écoute du créatif. Par exemple, l’école démocratique de Dijon. Il semblerait qu’il y ait des liens avec le printemps de l’éducation, une mouvance que nous connaissons bien et à laquelle appartiennent notamment les colibris, les écoles Waldorf, ainsi malheureusement que l’office central pour la coopération l’école, un organisme qui regroupe toutes les coopératives scolaires de l’enseignement laïque. Sans doute cette journée du 21 avril doit-elle être un nouveau départ pour tes recherches, et nous devrions avoir des soutiens. Il nous faut convaincre nos interlocuteurs laïques, que l’enseignement privé, comme il y a 30 ou 40 ans, ne se réduit pas à l’enseignement confessionnel traditionnel, mais que sous couvert d’écoles alternatives, des courants obscurantistes ou sectaires même se substituent de plus en plus au service public auquel nous sommes attachés.

Nous avons rencontré notamment le syndicat national de l’enseignement du second degré, qui semble avoir particulièrement bien compris notre problématique. Nous l’en remercions et nous nous félicitons de cette prise de contact. Nous avons rencontré également le président national des délégués départementaux de l’éducation nationale dans le même objectif et noué un contact avec le comité national d’action laïque, nous espérons que ces liens naissants perdureront.

La radicalisation.

La France entière, depuis les, se préoccupe de l’embrigadement de jeunes, et de leur départ sur les théâtres de guerre au Moyen-Orient. Disons-le tout de suite, votre conseil d’administration lors d’une réunion a abordé ce sujet, et, au risque de décevoir, mais de manière unanime, a décidé que notre association, ne devait pas s’autoproclamer experte ni en radicalisation, ni en déradicalisation. Les dérives sectaires proprement dites telles que nous les étudions depuis plusieurs décennies demeurent notre cœur de métier. Toutefois, nous nous sommes contentés de mettre en ligne des documents de réflexion, mais sans que cela implique une prise de position ou une réflexion approfondie de notre part.

(...)

L’administration nous a demandé des intervenants sur le problème de la jeunesse confrontée à l’embrigadement et nous avons pu obtenir un concours, la personne a commencé à venir donner des séances d’information.

Notre réseau.

Nous avons des adhérents dans une douzaine de départements, nous étions partis de l’est de la France pour nous étendre rapidement en Ardèche, en Lot-et-Garonne, en Saône-et-Loire, en Bretagne et maintenant à Paris. Nous avons signé il y a maintenant cinq ans une convention avec le conseil national des associations familiales laïques dont des relais départementaux nous servent de relais pour certaines actions, ce qui nous est favorable car nous pouvons ainsi étendre notre maillage. Nous sommes en contact avec les CDAFAL de Seine-et Marne, de la Meuse et du Haut-Rhin. Sans doute faudra-t-il et nous pourrons le faire lors de l’assemblée générale, voir comment nous pouvons pourrions étendre ce réseau les contacts avec des associations laïques. Un grand merci à la fédération des œuvres de l’Ardèche, qui nous ouvre ses colonnes dans sa revue ENVOL.



L’écoute

Nous recevons régulièrement, sans que ce soit quotidien loin de là, des appels sur notre répondeur auquel nous donnons suite dans les délais les plus brefs, parfois dans le meilleur des cas, quelques minutes ! Cela va parfois de demandes qui s’avèrent totalement extérieures à l’objet social de l’association, mais parfois nous permettent de débloquer des situations. Ainsi, sans que nous donnions bien entendu de précision publiquement, une personne éduquée dans le milieu des témoins de Jéhovah, et que nous avons pu aider et conforter dans l’idée que ses doutes et ses questionnements étaient parfaitement légitimes. D’une manière générale, dès que les personnes semblent avoir résolu les problèmes qui se posent à elle, bien entendu, nous n’insistons pas. Nous les laissons suivre leur voie. Mais il s’est avéré que nous avons souvent traité peut-être peu de cas, mais très en profondeur.

En conclusion, l’urgence de voir des plus jeunes nous rejoindre, comme la plupart des associations nous sommes vieillissants et nous avons l’audace de penser que notre combat pour la liberté de conscience vaut la peine !




NOS REMERCIEMENTS A TOUS NOS INTERLOCUTEURS QUI NOUS AIDENT
SOLIDARITE LAÏQUE
LA MIVILUDES
LE CNAFAL

A NOS PARTENAIRES QUI POURSUIVENT DES OBJECTIFS PROCHES DES NOTRES
ASSOCIATION NOISEENE DE DEFENSE ET DE PROTECTION CONTRE LES SECTES
UNADFI

jeudi 29 mars 2018

l'enseignement hors contrat: les mouvances, le contrôle de l'administration

 
Entre autres, notre rencontre dans les Vosges prévue ce printemps devra comporter un approfondissement de notre recherche sur les écoles hors contrat. À l'heure actuelle, nos députés s'emparent du problème après l’examen au Sénat de la proposition de loi de la sénatrice Madame Gatel.
Afin d’alléger la journée, les premières interventions seront mises en ligne sans attendre, et une synthèse, un court résumé en sera lu lors de la séance.
Nous avons il y a quelques jours proposé à votre attention la conclusion de cette étude; maintenant en voici le corps, un recensement des mouvances d’écoles indépendantes et un survol des rapports d’inspection par les fonctionnaires de l’éducation nationale. 

Gilbert KLEIN








Nous avons déjà traité de l’enseignement hors contrat. Rappelons qu’il y a déjà bien longtemps, ce qui ne nous fait pas rajeunir, notre amie Hayat avait rédigé un rapport conséquent sur les comptes rendus d’inspection des écoles hors contrat que nous avions pu obtenir. Cela est ancien. Il y a du nouveau, il fallait faire le point et c’est l’objet de cette journée. Même si ce plan est dépourvu d’imagination, dans un premier temps, nous examinerons les divers réseaux d’écoles hors contrat, et dans second temps nous analyserons les rapports d’inspection de ces écoles et porterons attention à la communication de ces documents dans le cadre de la loi de 1978 sur la communication des documents administratifs. Puis nous nous efforcerons d’évoquer la procédure législative en cours.
Le maillage des réseaux d’écoles, car en général elles fonctionnent en réseau, est complexe. Ces réseaux peuvent se recouper entre eux.
Nous avions déjà noté à plusieurs reprises, dans notre blog un courant d’idées hostile à l’éducation nationale.


LIRE LA SUITE

mardi 27 mars 2018

HOMMAGE AUX MORTS DE TREBES, mots et commentaires inutiles


L'enseignement hors contrat, la navette parlementaire en cours

 



Sous le précédent quinquennat, la ministre de l’éducation nationale avait tenté de faire adopter le principe de l’autorisation préalable à toute nouvelle ouverture d’école hors contrat. Pour cela, elle avait eu recours à la procédure des ordonnances, maintenant bien connu.

L’opposition avait saisi le conseil constitutionnel, lequel avait fait droit à la requête des parlementaires opposés à ses dispositions. Les Sages du Palais Royal n’avaient pas pris position sur le principe de l’autorisation préalable et l’avaient précisé. En revanche, comme la liberté de l’enseignement est un principe à valeur constitutionnelle (on peut l’approuver ou le regretter mais les faits sont là) ils avaient jugé que la loi d’application avait été rédigée en termes trop vagues.

Pendant l’hiver dernier, une sénatrice de l’union centriste avait posé le problème à nouveau. Le projet initial, sa proposition de loi prévoyait que les établissements serait inspectés annuellement ou de manière inopinée, et, même si l’autorisation préalable n’était pas prévue, ils étaient tenus de fournir un projet pédagogique.

Au cours de la discussion au Sénat, le principe de la remise préalable du projet pédagogique a disparu, l’inspection ne devenait obligatoire que dans le courant de la première année de fonctionnement. Le principe de visite inopinée disparaissait également ; le ministre estimait notamment que des contrôles trop systématiques pouvaient nuire à la qualité des relations entre les établissements et le ministère de tutelle.

Nous écrivons ce texte quelques jours avant la navette devant l’Assemblée nationale. Qu’on veuille bien nous pardonner ce qui peut sembler un manque . Nous ne sommes pas le législateur, avons-nous les compétences et toutes les clés en main ? Toutefois, il nous semble que nous manquerions à notre vocation d’association militante si nous n’émettions pas, ces réserves mises à part, un avis.

Le comité national d’action laïque à regretté que le dépôt préalable du projet pédagogique ait été abandonné au cours de la procédure législative.


LIRE LA SUITE

mardi 20 mars 2018

ARCHES 21 AVRIL, INSCRIVEZ VOUS!



NOTRE RENCONTRE DU 21 AVRIL SE PREPARE!
sur l'enseignement hors contrat dont on parle avec la navette parlementaire en cours
nos méthodes de prévention

ETC...ETC...

inscriptions
Jean Racine


88 380 ARCHES

06 02 13 34 12
dès que possible.

ET LA PRESENCE DE 

SOLIDARITE LAÏQUE
l'UNADFI 
la MIVILUDES 

et GREGOIRE PERRA DEVENU PERSONNAGE DE BANDE DESSINEE!

Nous proposons à nos amis présents de nous faire savoir s'ils souhaitent acquérir cette BD 
faites-le nous savoir!
nous pourrons ainsi vous l'amener à Arches.

pour 15 euros

en voici un avant-goût pour vous mettre en appétit!

cliquez sur les images pour agrandir